Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow BUMBLEFOOT au PETIT BAIN (75)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BUMBLEFOOT au PETIT BAIN (75) pdf print E-mail
Ecrit par AFO  
mardi, 19 décembre 2017
 

CONSCIENCE – THANK YOU SCIENTIST – BUMBLEFOOT
LE PETIT BAIN – PARIS (75)
Le 20 novembre 2017

https://www.facebook.com/cyberconscience/
http://www.thankyouscientist.net/
http://www.bumblefoot.com/  

Voici le résumé de cette belle soirée organisé par Calliope Concerts. Avec une vraie tête d'affiche : Bumblefoot, ou plus précisément Ronald Jay "Ron" Thal ! Mais revenons dans un premier temps sur le premier groupe d'ouverture, Conscience, groupe parisien ayant à son actif déjà deux albums « Half-sick of shadows » et « Aftermath of a summer ». Découvert au Zénith de Paris en ouverture de Nightwish, et présent dans de nombreux festivals ou premières parties, le groupe a eu la lourde tâche de lancer les hostilités. Malgré l'investissement du chanteur Matt Johansson à occuper la scène, et la solide assise de Thomas Jaëglé (position de corps rappelant un peu Mark Tremonti de Alter Bridge, bien calé sur ses deux pieds), le groupe a manqué d'osmose, malgré une bonne technique et des morceaux assez bien ficelé, il manquait juste un petit quelque chose ... pour emporter l'adhésion totale. Mais j'ai cru comprendre qu'un nouvel album était dans les tuyaux ! Donc tout est possible ...

Le deuxième groupe à se présenter fut Thank You Scientist. Groupe de rock progressif / jazz fusion du New jersey. Formé en 2009 et fort de deux albums également, « Maps of non-existent places » (2012) et « Etranger heads prevail » (2016), le groupe composé de Salvatore Marrano au chant (tendance "aigu"), Tom Monda à la guitare, Ben Karas au violon électrique, Cody McCorry à la basse, Joe Fadem à la batterie, et de la section cuivres avec Sam Greenfield au sax et Joe Gullace à la trompette nous a délivré un set d'une heure très riche en couleurs musicales et techniques. Du haut de gamme dans le genre. Dommage que le show et la complicité ne se dégageaient pas de ce très bon combo. Chacun étant trop concentré sur sa technique et son interprétation, le trip jazzy surement ... A noter que Tom (guitare) et Cody (Bass) avaient sur leur têtes de manches d'instruments, une lettre : V !

V pour Vigier, fabricant français depuis 1980 de guitares et basses. Et c'est donc muni lui aussi d'une Vigier spéciale (double manche, dont un fretless) nommée 'DoubleBFoot" que Ron Thal dit Bumblefoot, a pris possession de la scène et de la salle. Dois-je rappeler le cursus du monsieur ? Repéré par Mike Varney (celui qui a aussi découvert Paul Gilbert, Richie Kotzen, Greg Howe, Jason Becker, Tony MacAlpine, etc.), onze albums à son nom ou celui de Bumblefoot, guitariste de Guns N'Roses de 2006 à 2015, producteur (ex : Pat O'May), membre actuel de Art Of Anarchy et aussi de Sons Of Appolo (avec d'autres petits talents : Jeff Scott Soto, Billy Sheehan, Derek Sherinian et Mike Portnoy).
 
Il était accompagné ce soir par Tom et Cody (Thank You Scientist), ce qui proposait un triptyque à 4 "V", et de Kyles Hughes à la batterie. Ron a délivré un vrai show à lui tout seul, présentant son dernier album, « Little broyer is watching you ». Sa proximité et complicité avec le public et son humour s'accordant à merveille avec son professionnalisme et une technique et maitrise hors pair. A plusieurs reprises il a entonné quelques grands succès comme ceux d'Iron Maiden (« Run to the hills »), de Kiss (« Detroit Rock City »), de Police (« Message in a bottle ») et autres pendant son set, en faisant remarquer que l'on revenait toujours sur le riff de The Knack (« My sharona ») ! Et il se paya même un petit bain de foule en fin de concert ...

Dommage qu'une fois de plus les grands médias ne se soit pas déplacés au regard d'une telle affiche. Sauf erreur de ma part, trois webzines seulement étaient présents. Comme disait son ami et grand guitariste français Christophe Godin, "Ceux qui seront présents devraient en prendre plein les oreilles". Et ce fut le cas !  

AFO – décembre 2017