Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow FREEWORLD

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

FREEWORLD pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 25 décembre 2017
 

What it is
(SwirlDisc – Select-O-Hits – Blind Raccoon – 2017)   
Durée 56’05 – 11 Titres   

http://www.freeworldmemphis.com         

Trente années après sa création, FreeWorld est une des figures de proue de la scène blues de Memphis, sa ville d’origine, et il n’y a rien de bien surprenant à remarquer que le combo dispose de sa note de musique sur le fameux Walk Of Fame sur Beale Street depuis 2012 ou encore qu’il a été récompensé par un Memphis Sound Award la même année. Fort de nombreux concerts sur tout le territoire américain mais aussi de deux tournées européennes, le groupe du chanteur et bassiste Richard Cushing se fend de son septième album pour dignement célébrer trois décennies passées au service de la musique et c’est en compagnie de Dr Herman Green au sax ténor, Peter Climie aux saxophones, Andy Tate aux guitares et aux claviers, Chris Stephenson au chant et aux claviers, Jared Dover à la trompette, Freedman Steorts au trombone et Greg Lundy à la batterie que FreeWorld nous propose une musique à la fois vaste et variée dans laquelle le blues, la soul, le funk et le rhythm’n’blues se teintent ingénieusement d’une pointe de pop, d’electro ou encore de sonorités latinos voire de rap. Enregistré et produit aux fameux Studios Ardent de Memphis, « What It Is »  joue à fond la carte de la couleur locale et s’offre parmi ses divers guests un certain Jody Stephens, transfuge de Big Star qui vient tenir les baguettes et assurer les chœurs aux côtés d’Adam Hill sur « Dinja Babe ». Ajoutez enfin Stephani McCoy au chant sur « Believe » et Prentice Wulff-Woesten au trombone sur le tittle track et vous obtenez un album qui sait passer des morceaux à la fois classiques et dansants comme « Deeper By The Minute », « Shrimp N’Grits », « The Shape I’m In » ou encore « Another Sunday Night » à des choses plus inattendues et plus intimistes comme « Eve Waits ». Et toujours ce formidable Memphis Sound qui pousse FreeWorld à nous donner des fourmis dans les jambes et qui provoque irrémédiablement cette folle envie d’y retourner pour retrouver les couleurs et les odeurs de la ville et bien entendu cette musique omniprésente qui vous saute dans les bras à chaque coin de rue … Un must !