Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow COSIMO BLUES BAND

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

COSIMO BLUES BAND pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 20 décembre 2017
 

Walking my blues     
(Autoproduction – 2017)  
Durée 48’07 – 9 Titres

http://cosimoblues.com    
 
Quatre albums dont trois en studio et plus d’un millier de concerts en près de deux décennies passées à jouer un blues rock sans concession, on peut décemment annoncer que le Cosimo Blues Band est une valeur sûre de la scène blues nationale et même internationale puisque le groupe s’est produit dans nombre de grands festivals et a assuré des premières parties prestigieuses, la moindre d’entre elles n’étant sans doute pas celle de Popa Chubby au Zénith Omega de Toulon en 2002. Stabilisé en 2008, le line up s’articule toujours autour de la guitare et du chant de Pascal Cosimo, des harmonicas de Lionel Mollo, de la basse de Claude Giovanella et de la batterie d’Eric Berger et c’est en associant le Texas blues pour lequel le frontman a des aptitudes toutes particulières aux blues de Chicago et du Mississippi mais aussi au rock que le Cosimo Blues Band immortalisait en avril 2015 un concert donné à La Roquebrussanne, dans son fief du Var et devant un public particulièrement réceptif. Au programme des réjouissances, une petite mais très intense heure de musique dédiée aux belles guitares mais aussi aux belles compositions puisque l’on en trouve pas moins de six parmi lesquelles « Business Boogie », « Blues Is Life », « She Loves My Guitar More Than Me » ou encore « What A Good Wife Has To Do », des originaux auxquels viennent très intelligemment se greffer trois reprises, « Blow Wind Blow » de Muddy Waters, « One Step At A Time » de Johnny Winter et enfin « Wine, Women, Whiskey » de Papa Lightfoot. Véritable virtuose, Pascal Cosimo a la chance de pouvoir s’appuyer sur une équipe particulièrement bien en place et c’est un peu comme sur un tapis rouge qu’il nous déroule un set où rien ne pêche, mais alors rien du tout. Du blues qui se pare très astucieusement de rock, du rock qui n’oublie jamais que sans le blues il n’aurait jamais existé, c’est en faisant un travail tout en souplesse et en harmonie que le quartet parvient à nous sortir le live qui vient du plus profond de ses tripes et qui ne laissera personne indifférent. A bon entendeur !