Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow VANDENBERG’S MOONKINGS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

VANDENBERG’S MOONKINGS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 19 décembre 2017
 

MKII
(Mascot Records – 2017)  
Durée 47’41 – 12 Titres

http://vandenbergsmoonkings.com            

Quatre ans après son retour gagnant avec Vandenberg’s Moonkings et un premier album éponyme, Adrian Vandenberg confirme avec un second effort tout simplement intitulé « MKII », une rondelle pour laquelle il persiste et signe dans la voie d’un hard rock très typé seventies auquel il ajoute toutefois quelques plans heavy plus actuels. Pour l’ancien guitariste de Whitesnake et de Vandenberg, jouer aujourd’hui avec Jan Hoving au chant, Sem Christoffel à la basse et Mart Nijen Es à la batterie est toujours une source de plaisir et c’est en y mettant les formes que le Néerlandais virtuose nous envoie sans sourciller pas moins de douze nouveaux titres qui ne changeront peut-être pas la face du rock mais qui auront au moins le mérite de donner du plaisir à des fans qui n’en démordent pas et qui apprécient encore et toujours Adrian Vandenberg pour ce qu’il est, une véritable machine à débiter des riffs et un formidable guitariste soliste ! En un peu plus de trois quarts d’heure, le deuxième chapitre des œuvres de Vandenberg’s Moonkings va nous ramener quelques décennies en arrière avec des hymnes bien sentis qui rappellent pêle-mêle ceux imaginés autrefois par Aerosmith, Def Leppard, Bon Jovi, Foreigner, Mötley Crüe, Quiet Riot et bien évidemment Whitesnake. Comment résister à des morceaux comme « Tightrope », « The Fire », « All Or Nothing », « Ready For The Taking », « Hard Way » ou encore « If You Can’t Handle The Heat » qui ne manqueront pas de raviver une certaine nostalgie auprès des quinquas qui ont connu les formations déjà évoquées mais aussi pourquoi pas d’éveiller certaines vocations chez les plus jeunes qui seront bien forcés de convenir qu’il y avait de sacrées belles choses du temps de leurs parents ? Sans essayer de surfer sur une quelconque vague revival, Vandenberg’s Moonkings fait ce que le quartet sait faire de mieux, jouer du hard rock à l’instinct et au talent sans trop se poser de questions !