Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow HELLECTROKUTERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HELLECTROKUTERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 15 décembre 2017
 

Round two     
(Schommer Records – 2017)  
Durée 53’38 – 13 Titres

https://www.facebook.com/HELLECTROKUTERS-127294180699870/
http://www.hellectrokuters.eu      
 
Ils s’étaient fait connaitre en 2011 avec un premier album aussi explosif que bien accueilli par le public et par la profession, revoilà les Parisiens d’Hellectrokuters six ans plus tard avec une suite qui n’est pas en reste puisque l’on y retrouve ce qui a fait le succès de « Rock’n’Roll Beggars », à savoir une voix hallucinée et facilement identifiable, des guitares tranchantes et droites comme des barres de fer et bien entendu une rythmique surpuissante. Pourquoi tant d’attente entre ces deux albums diront les amateurs de rock à connotation hard, heavy et metal ? Si la question est bonne, elle restera pour le moment sans réponse si ce n’est que le frontman du groupe, El Butcho, n’a pas chômé entre les deux albums, revenant seulement cette année au bercail pour retrouver Stik aux guitares, Deni à la basse et Rico à la batterie et mettre en boite en leur compagnie une nouvelle volée de treize titres dans laquelle rien n’est à laisser sur la touche, mais alors vraiment rien ! Dans la lignée des Iron Maiden, Judas Priest, Accept et autres groupes issus de la New Wave Of British Heavy Metal, Hellectrokuters va donc nous offrir une musique puissante et juteuse qui, à défaut d’être innovante ou même simplement originale, se révèle être bien écrite et bien jouée et va nous faire rapidement grimper dans les tours et amener nos potards jusque dans le rouge pour une petite heure de pur bonheur et de headbanging. Vertèbres sensibles s’abstenir car les Parisiens ont décidé de nous mettre KO dès le second round et ne retiennent donc pas leurs coups une fois les présentations faites avec « Apocalypse XVIII », posant tout de suite quelques belles banderilles avec « Babylone Whore », « Dead Or Alive » et autres « Against All Odds » avant de poursuivre leurs assauts en puissance avec des « Money Power Self Control », des « Finger On The Trigger » ou encore des « Welcome To The Show ». On terminera avec « Whatever I Say », une heavy ballade lourde et langoureuse comme on les aime dans la Famille Metal, c’est-à-dire avec un final qui se barre en vrille, et pas qu’un peu en plus, et voilà du même coup Hellectrokuters qui signe incontestablement un retour gagnant avec « Round Two », une rondelle qui donne envie de retrouver le groupe sur scène ! Mieux aurait presque été trop …