Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow VAN WILKS à CLEON (76)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

VAN WILKS à CLEON (76) pdf print E-mail
Ecrit par Alain Hiot  
mercredi, 29 novembre 2017
 

MIKE BROOKFIELD – VAN WILKS
LA TRAVERSE - CLEON (76)
23 novembre 2017

http://www.latraverse.org/
https://www.mikebrookfield.com/
http://vanwilks.com/

Retrouvez toutes les photos d'Alain Hiot sur http://alain-hiot.com/

Robin Trower qui était la tête d'affiche initialement prévue ayant eu un souci de santé, un calcul rénal pour être précis, c'est Van Wilks en tournée actuellement en France qui l'a remplacé au pied levé. Mais auparavant, il y avait sur scène un artiste détonnant en la personne de Mike Brookfield.

Je découvrais donc totalement les deux formations ce soir et le guitariste anglais, mais vivant en Irlande, va rapidement séduire une salle pas tout à fait remplie, sans doute à cause de la défection de Robin Trower. La toute première chose que l'on a pu remarquer, en dehors de la qualité des chorus de guitare, a été l'attitude très rock du bassiste Gordon Sheridan qui a eu la bonne idée de ne pas concrétiser cela par un volume sonore démesuré qui aurait nuit à l'ensemble, preuve que l'on peut avoir une belle attitude et jouer juste sans avoir besoin pour autant de gaver les oreilles des spectateurs.

Le batteur Nikola NK Casagrande n'a pas été en reste avec lui aussi une belle relation au public, et c'est donc un power trio de très belle facture musicale et visuelle que l'on a pu écouter et voir pendant environ une heure. Mike présente un petit côté guitar-hero avec des chorus quelquefois assez diaboliques, mais lui aussi a eu le très bon goût de ne pas en faire des tonnes et de ne pas nous abreuver continuellement d'une avalanche de notes. Il joue également toujours très juste et lorsque les solos s'accélèrent, c'est toujours à bon escient. Bref un excellent concert et la belle découverte pour moi de ce trio que je retournerai voir avec un grand plaisir si l'occasion se représente.

Ayant perçu Van Wilks comme un guitariste spécialiste de rock sudiste, j'ai été étonné d'entendre beaucoup de choses différentes ce soir, étonné ne voulant surtout pas dire déçu car c'est très exactement le contraire. En premier lieu le Texan possède une technique assez incroyable, avec quelquefois beaucoup d'esbroufe sur des gestes pas forcément utiles musicalement mais qui donnent un plus indéniable au show et dont tout le monde, moi le premier, se réjouit.

Il possède également une sonorité de guitare particulière, due bien entendu à sa superbe Paul Reed Smith mais pas que ! Pour avoir ce son il faut bien entendu une super gratte et quelques effets, mais il faut surtout des doigts car mettez moi cette PRS entre les mains et je ne suis pas près de vous sortir ces sons là ! Et lorsqu'il attaque « Without A Word » qui pourrait être un mix entre Gary Moore et Santana et dont le gimmick de départ rappelle un peu le « Black Napkins » de Zappa, on pose les boîtiers et on écoute !

Pas étonnant donc qu'il soit considéré comme le quatrième ZZ Top tant le personnage est riche et intéressant à voir sur scène. Encore une drôle de bonne soirée à la Traverse que je regrette un peu plus chaque jour de ne pas avoir fréquentée plus tôt !

Alain Hiot – novembre 2017