Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow GYPSETTERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

GYPSETTERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 30 novembre 2017
 

Gypsetters     
(WTPL Edition – PIAS – 2017)  
Durée 47’07 – 12 Titres

http://www.vladproductions.fr/gypsetters   
 
C’est de la contraction des mots gypsy et jet-set qu’Erika et Angelina ont imaginé le nom de leur groupe et c’est en poussant la musique tsigane bien plus loin que ses derniers retranchements qu’elles ont réussi à faire exploser le genre pour en faire une manière d’interpréter une musique dans laquelle entrent différentes composantes et en particulier beaucoup de musiques électroniques. Parvenu à inventer une sorte de pop tzigane electro, Gypsetters profite aujourd’hui de la collaboration avec le DJ, trompettiste et producteur Romain Pierre pour nous présenter un premier album éponyme dans lequel on passe de véritables chansons à textes à des délires technoïdes imaginés pour le dancefloor, le tout baigné dans une sorte de gypsy sauce qui en arrive parfois à se faire oublier tant elle parvient à être discrète. Parfois un peu difficile à suivre, « Gypsetters » nous fait passer par le jazz manouche et le flamenco andalou et s’offre entre les deux des choses tellement surprenantes que l’on en tombe parfois de sa chaise, un peu comme si David Guetta venait faire des featurings sur un album où l’on croise à l’occasion les influences gouailleuses de Renaud, la sensibilité de Luz Casal ou encore la sensualité un peu décalée d’une Brigitte Bardot voire même d’une Dalida … En une douzaine de titres, Gypsetters nous invite à voyager sans boussole et en pilotage automatique à bord « Gypset Airlines » pour nous emmener vers des « Take The Pose », « Once Upon A Time », « Et je m’envole » et autres « Ils s’habitueront » et surtout pour finir par un constat sans appel, « J’veux pas rentrer chez moi » ! Le retour sur le plancher des vaches risque quand même de prendre un certain temps tant l’album parvient à nous faire perdre une bonne parti de nos repères …