Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow CYLEW

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CYLEW pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 18 novembre 2017
 

Mot3l      
(Autoproduction – 2017)  
Durée 46’39 – 13 Titres

http://www.cylew.com        
       
Formation parisienne qui mélange avec un certain bonheur son côté rock et son côté mélodique mais aussi ses influences américaines et leur pendant anglo-saxon, Cylew revient cinq après son dernier effort en date pour nous proposer un troisième album qui fait la part belles aux guitares tranchantes d’Arnaud Bascuñana sans pour autant laisser de côté la voix chaleureuse et un tantinet sexy de Lady Cylew, chanteuse franco-américaine qui a longtemps vécu à Los Angeles et qui en a forcément gardé des influences fortes. Associez leur le batteur Kriss Kilong et vous obtenez un trio qui ne manque pas de talent et qui va s’en servir autant que faire se peut pour nous offrir « Mot3l », un recueil de treize compositions pour lequel Cylew a mis les petits plats dans les grands, tirant bien évidemment profit de la présence en son sein de Arnaud Bascuñana qui, après avoir produit les albums des Wampas, de Deportivo ou de No One Is Innocent, s’occupera de cette galette avec un soin tout particulier. Plein de lucidité et de sincérité, Cylew va venir chercher l’auditeur confortablement installé dans son fauteuil et lui proposer de le suivre dans des morceaux écrits avec une très grande classe et interprétés avec une véritable envie de réussir à faire voler le moindre obstacle en éclat. Entrée de plein fouet dans son rôle de femme déterminée sans pour autant rien perdre ni de sa fragilité ni de son charme, Lady Cylew nous attend sur le parking du « Mot3l » et entend bien nous emmener faire un tour dans sa vieille américaine pour nous faire découvrir des choses irrésistibles comme « Western Sky », « Outer Spaces », « Jupiter’s Crash », « Save Me », « Stalking My Prey » ou encore « Dead Or Alive », prenant directement les choses en main et menant le bal de bout en bout avec un mélange de force, de sensualité et de sensibilité qui force le respect. Avec un positionnement parfait où chacun se retrouve parfaitement mis en valeur et une réalisation digne de ce nom, Cylew réussit le tour de force de nous déposer dans la platine un album qui n’a rien à envier aux grosses productions, qu’elles soient nationales ou internationales. Attention, talent !