Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow NOSFELL

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NOSFELL pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 24 octobre 2017
 

Echo Zulu    
(Likadé – Differ-Ant – 2017)  
Durée 40’43 – 11 Titres

http://nosfell.com       
       
Il s’est fait connaitre avec trois albums dans lesquels il chantait dans une langue qu’il avait lui-même inventée avant de rebondir avec une fantaisie lyrique pour trente-six musiciens et sept voix puis en composant la musique de deux spectacles de la compagnie DCA Philippe Découflé en 2011 et 2014, ne s’offrant entre temps qu’un unique album personnel, « Amour Massif », paru en 2014, ouvrage dans lequel Nosfell amorçait déjà un virage vers une pop brute et spontanée … Poursuivant dans cette direction, revoilà le touche-à-tout avec un nouvel opus avec lequel il enfonce le clou en proposant des créations qu’il interprète quasiment seul, délaissant la guitare qui jusqu’alors était son instrument de prédilection pour passer à la guitare baryton tandis que son complice Frédéric Gastard se charge de tout ce qui est sons et arrangements en usant de synthés vintage des années 70. A la fois dépouillé et symétrique, « Echo Zulu » nous présente cette fois cinq titres en Français, cinq titres en Anglais et un titre bilingue, « Ricochets », qui se charge de faire la bascule entre les uns et les autres. A la fois très personnel et très ouvert sur le monde, ce nouvel album nous emporte vers des sonorités naturelles, presque organiques, sans oublier toutefois de rendre quelques hommages discrets comme « The Party » en forme de clin d’œil discret à Prince, le maitre incontesté de la pop, ni encore de proposer des compositions intimes comme « La blessure » ou « Les gorges » … Vecteur naturel d’un chant très porté sur les aigus et d’un travail esthétique non seulement dans le positionnement musical que dans les postures adoptées à la scène, Nosfell confirme par l’exemple qu’il n’en a pas fini avec sa recherche perpétuelle en terme de création et qu’à l’image des très grands artistes, c’est en se posant à chaque fois à l’endroit où on l’attend le moins qu’il continuera à créer non seulement l’évènement, mais aussi la surprise. Devenu un artiste incontournable en moins de quinze ans, ce personnage atypique n’a pas fini de faire parler de lui, avec « Echo Zulu » bien entendu, mais aussi avec une tournée qui va l’emmener un peu partout dans l’hexagone !