Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow DENIGRE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DENIGRE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 23 octobre 2017
 

Dénigre      
(Autoproduction – 2017)  
Durée 40’56 – 10 Titres

https://www.facebook.com/denigreband     
       
Ils se sont rencontrés alors qu’ils évoluaient chacun de leur côté dans diverses formations lyonnaises et ont décidé de créer Dénigre, un trio dont le but avoué est, je cite, de jouer sur la dissonance de ses mélodies hypnotiques pour dépeindre un monde apocalyptique, sur la brèche, à la croisée de l’esclavage ordinaire et des abimes de la folie, fin de citation. Kris au chant et aux guitares, Kik à la basse et Aksel à la batterie ont ainsi décidé de jouer sur un tableau où le rock puissant et les riffs saturés ne sont que prétexte à débiter des textes sombres, souvent graves et même engagés. Attaquant la scène par la face Nord et visiblement sans corde pour assurer le coup, Dénigre fait tout son possible pour tracer une voie directe pour sa musique et le fait non seulement avec beaucoup d’énergie et au moins autant d’envie, ne manquant généralement pas son coup pour ce qui est des instrumentations qui sont quasiment toujours très bien en place, quand bien même certains changements de rythme ne sont pas aisés à assurer ! Plus de réserves quand même en ce qui concerne le chant dans lequel on trouve un peu de tout et même de temps à autres un peu n’importe quoi avec quelques parties poussées à l’extrême jusqu’à s’en péter les cordes vocales, ce qui à la base n’est forcément pas le but recherché. Dommage donc car ce premier album des Lyonnais s’en retrouve du même coup un peu en demie teinte avec des titres qui tiennent bien la distance et d’autres sur lesquels le groupe confond puissance et hurlements, sans toutefois trop se prendre les pieds dans le tapis et en livrant au bout du compte un effort correct avec des titres comme « Invisible », « Affliction », « Réminiscence » ou encore l’épique « Le jour où j’ai vu mon sang », là où il ne manquait presque rien pour que le résultat soit bon. Il suffit parfois de quelques conseils de la part d’un coach vocal pour parvenir à passer à la vitesse supérieure … La suite n’en sera que meilleure donc, c’est certain !