Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow ALASTAIR GREENE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ALASTAIR GREENE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 23 octobre 2017
 

Dream train   
(Rip Cat Records – Frank Roszak Promotions – 2017) 
Durée 54’39 – 13 Titres

https://www.alastairgreene.com 
 
Il promène ses guitares sur la scène blues américaine depuis au moins deux décennies et on a pu le croiser aux côtés de pointures comme Eric Burdon, Coco Montoya, Walter Trout ou encore John Nemeth mais aussi d’Alan Parsons qu’il a accompagné pendant sept ans avant de se décider à voler de ses propres ailes et à former son trio. Artiste parmi les plus en vue du moment, Alastair Green a récemment été programmé au Chicago Blues Festival et au Big Blues Bender de Las Vegas et c’est en compagnie de Jim Rankin à la basse et Austin Beede à la batterie qu’il a enregistré son nouvel effort dont il a confié la production à David Z qui s’était auparavant fait la main sur les ouvrages de Buddy Guy, Gov’t Mule et autres Kenny Wayne Shepherd. Quelques guests à vous faire hurler de plaisir comme les guitaristes Walter Trout, Debbie Davis et Mike Zito, l’organiste Mike Finnigan et enfin l’harmoniciste Dennis Gruenling et voilà le virtuose qui se lance dans une douzaine de pièces originales à laquelle il ajoute un inédit de Billy Gibbons, rien que ça, des titres dans lesquels Alastair Green mélange comme toujours le blues et le rock sudiste avec une énergie qui n’est pas sans faire penser aux jam sessions dont le guitariste a été un grand animateur. Un gros son qui rappelle de temps à autres Johnny Winter, Lynyrd Skynyrd ou encore Derek Trucks et voilà l’assistance prête à sauter en marche dans ce « Dream Train » qui nous réserve quelques belles étapes comme « Big Bad Wolf », « Nome Zayne », « I’m The Taker », « Rain Stomp » ou encore « Down To Memphis » avant de prendre congé de nous sur un « Lucky 13 » pêchu à souhait. Avec un jeu digne de celui des guitar heroes mais avec aussi un feeling de tous les instants et un groove irréprochable, Alastair Greene fait une entrée tonitruante au beau milieu des autres grosses pointures du blues rock et pourrait même bien en détrôner quelques-unes plus vite qu’on ne le pense. Un artiste à suivre attentivement pour être certain de ne rien manquer !