Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow LES DEFERLANTES : MANU CHAO

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LES DEFERLANTES : MANU CHAO pdf print E-mail
Ecrit par Sylvie Bosc  
mardi, 10 octobre 2017
 

MANU CHAO
LES DEFERLANTES
CHATEAU DE VALMY – ARGELES-SUR-MER (66)
Le 10 juillet 2017

https://www.festival-lesdeferlantes.com/fr
http://www.manuchao.net/

Retrouvez toutes les photos de Sylvie Bosc sur http://sylbmonoeil.com/portfolio/culture-et-spectacle

Remerciements : Géraldine et Thierry

Du périphérique aux steppes d’Amérique Latine, de Los Carayos à la Mano Negra, de Radio Bemba à La Ventura, toujours debout, le poing serré et levé bien haut en une furieuse incantation, Manu Chao nous a accompagnés, vus et faits grandir, nous amenant - souvent - à partager ses révoltes, ses engagements, sa vision d’un monde où l’autre ne fait pas peur, où les frontières se franchissent à la vitesse d’une mélodie au galop, où le rock peut se marier aux rythmes latino ou au reggae, où le sourire est une arme d’amitié massive, où les chansons se partagent, se chantent et se dansent.

Loin de Paname et de ses premiers assauts scéniques, désormais posé au cœur de la vibrante, vibrionnante, Barcelone, en homme libre de choisir son tempo, lui qui n’a pas sorti d’album studio depuis dix ans - même s’il nous a offert deux titres “Words of truth” et “Moonlight avenue” en fin d’année dernière -, l’œil toujours aussi brillant et l’envie d’ouvrir un petit coin de ciel bleu au-dessus de nos têtes chevillée au corps, Manu Chao, en voyageur au long cours, a écumé les routes européennes avant de reprendre le chemin des scènes hexagonales, se laissant porter par le vent qui lui souffle de jolies mélodies nous parlant d’une société ne tournant pas toujours très rond, érigeant encore trop de murs, mais où l’on peut encore partager quelques moments simples, au coin d’une rue de Tijuana ou dans la grande Babylone, sous une douce pluie au paradis ou à la recherche d’un Eldorado improbable. (source lesdeferlante.fr)