Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow MOTÖRHEAD

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MOTÖRHEAD pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 09 octobre 2017
 

Under cöver    
(Silver Lining Music – 2017)  
Durée 41’57 – 11 Titres

https://www.imotorhead.com  
 
Les grands artistes ne meurent jamais, du moins jamais totalement puisque leurs œuvres restent pour l’éternité … Choqué par la disparition brutale de Lemmy Kilmister le 28 décembre 2015, quatre jours seulement après son 70ème anniversaire, le monde du rock savait pertinemment que faire son deuil du bombardier serait difficile et que la vie sans Motörhead n’aurait plus jamais vraiment le même gout, quand  bien même il était prévisible que les vautours se repaitraient bientôt de quelques rééditions agrémentées de divers goodies, sans doute dispensables … Mais Motörhead n’a jamais fait comme les autres et c’est bien pour cela que ses fans lui sont restés fidèles, et il leur aura fallu attendre la rentrée 2017 pour que leur soit offert non pas un best of ou un produit du genre mais bel et bien LE collector qu’ils attendaient, « Under Cöver », une compilation de onze relectures de titres qui, chacun à leur manière, appartiennent à l’histoire du rock. Phil Campbell aux guitares, Mikkey Dee aux baguettes et bien entendu Lemmy à la basse et aux râles, la recette fonctionne toujours aussi bien et c’est un florilège à la fois saignant et croustillant que Motörhead nous propose avec des reprises qui vont de Judas Priest jusqu’à Metallica en passant par les Sex Pistols, par Saxon, par Ted Nugent, par les Ramones, par Twisted Sister ou par Ozzy Osbourne mais aussi à deux fois par les Rolling Stones et enfin par David Bowie, décédé quelques jours seulement après Lemmy, funeste période. Servis dans une mouture plus rock que jamais par un groupe qui ne faisait jamais de concession, des hymnes comme « God Save The Queen », « Jumping Jack Flash », « Hellraiser », « Whiplash » et autres « Heroes » tombent très à propos pour finir de retourner les sangs d’une cohorte de fans qui, pour l’occasion, retrouvera Motörhead au sommet de son art dans des interprétations totalement débridées, des adaptations faites de 50% de feeling et de 50% de fun, la recette parfaites des albums réussis ! De quoi faire revivre pour quelques heures au moins ce groupe mythique qui, en quarante ans de carrière, a écrit à lui seul une des plus belles pages de l’anthologie du rock. Non, vraiment, les grands artistes ne meurent jamais !