Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow LEONARD GRIFFIE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LEONARD GRIFFIE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 08 octobre 2017
 

Better late than no time soon    
(Pangoboy Productions – Frank Roszak Promotions – 2017)  
Durée 55’42 – 14 Titres

http://www.leonardgriffie.com           
 
Arrivé de Medford, dans l’Oregon, Leonard Griffie est un artiste peintre mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse avant tout, un brillant songwriter doublé d’un excellent guitariste et d’un chanteur à la voix très typée. Après diverses apparitions sur les planches d’Amérique du Nord mais aussi d’Europe, ce baroudeur du blues revient avec un nouvel album dans lequel il s’est efforcé de proposer un blues très actuel sans pour autant renoncer aux racines du genre mais en leur ajoutant une solide dose de soul, de rhythm’n’blues et de jazz pour que le résultat se pose directement entre hier et demain avec du même coup un petit cachet qui sent bon les odeurs d’aujourd’hui. Soutenu par Doug McAlister à la basse, Mark Stever à la batterie, Michael Vannice aux claviers, Gordon Greenley aux saxophones et Randy Scherer à la trompette, Leonard Griffie nous transporte directement dans la direction de quatorze pièces originales qui dégagent de délicieux parfums parsemés de touches bleutées mais aussi de saveurs qui nous font traverser avec autant de plaisir un bon gros shuffle, une ballade pleine de sensibilité, un blues aux faux airs de traditionnel ou encore un rhythm’n’blues juteux à souhait. Difficile de ne pas succomber à cette petite heure de musique pleine de belles guitares mais aussi de cuivres enchanteurs, d’autant que la voix soigneusement éraillée apporte des accents charmeurs à des titres comme « Look Me In The Eye », « What’s A Man To Do », « What You Got Is What You Get », « Goin’ Downhill » ou encore « A Dollar Or Two » qui n’en finissent plus d’illuminer la platine de touches à la fois luxueuses et spontanées. Avec absolument rien à jeter à l’intérieur, « Better Late Than No Time Soon » s’affiche incontestablement comme un des très bons albums de la rentrée. A écouter en boucle et à un volume convenable !