Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BENNY TURNER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 13 septembre 2017
 

My brother’s blues     
(Nola Blue Records – Blind Raccoon – 2017)  
Durée 51’17 – 11 Titres

http://www.bennyturner.com       
 
Bluesman depuis plus de six décennies, Benny Turner est le plus jeune frère du regretté Freddie King et s’il a commencé sa carrière en tenant la basse dans le groupe du légendaire guitariste, il s’est également copieusement produit depuis les clubs américains jusqu’en Europe, au Japon et même en Australie, accompagnant les plus grands artistes comme Memphis Slim, Otis Clay ou encore Marva Wright avant de finalement se décider à voler de ses propres ailes, à s’essayer à un premier album solo en 1997 et à proposer enfin son premier son premier tribut discographique à son aîné en 2011. Deux albums de plus et une autobiographie auront fini de convaincre Benny Turner de surfer sur la vague levée jadis par son frère et c’est avec un nouvel hommage qu’il revient juste avant l’automne, mais pas n’importe quel hommage puisqu’il s’attache à y reprendre non pas la musique d’un artiste mais celle d’une époque, nous proposant des standards dont certains comme « I’m Tore Down » ont été enregistrés avec Otis Clay et Marva Wright juste avant leur disparition. Témoignage unique et poignant enregistré avec beaucoup de classe mais aussi d’émotion, « My Brother’s Blues » ne manquera pas d’en passer par des incontournables « Big Legged Woman », « Have You Ever Loved A Woman », « I’m Ready », « Mojo Boogie » « Ghetto Woman » ou encore « Same Old Blues » pour mieux nous aider à replonger dans un répertoire plein de grain dont on ne se lasse pas, surtout quand il est interprété avec tant de ferveur. Enregistré par le multi-awardisé Jack Miele qui a également posé nombre de parties de guitares sur différentes pistes, l’effort parvient à dégager cette émotion si propre aux blues dès lors qu’ils sont interprétés avec les tripes, un état de fait que personne ne pourra renier en ce qui concerne ce cinquième effort d’un Benny Turner toujours aussi sincère et aussi passionné qui sera introduit au Chicago Blues Hall Of Fame en octobre. Il suffit d’écouter pour comprendre pourquoi …