Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow HAMILTON LOOMIS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HAMILTON LOOMIS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 05 septembre 2017
 

Basics
(Ham-Bone Records – Frank Roszak Promotions – 2017)  
Durée 73’59 – 13 Titres

http://www.hamiltonloomis.com      
       
Il est connu pour ses mélodies gorgées de funk, de groove, de soul et de blues rock et si ce nouvel album d’Hamilton Loomis est incontestablement le plus personnel qu’il ait enregistré à ce jour, il ne renie en rien la marque de fabrique qui a fait de l’artiste un des incontournables de la scène américaine en général et texane en particulier. Multi-instrumentiste, Loomis n’en a pas moins cédé quelques parties instrumentales à Chris Eger à la guitare slide, à Sabrina LaField à la basse, à Fabian Hernandez au saxophone ou encore à Armando Aussenac à la batterie et c’est en retournant aux fondamentaux qu’il nous a concocté pas moins de treize titres dans lesquels on passe des structures les plus simples aux plus complexes avec des parties instrumentales particulièrement dépouillées et d’autres travaillées sur une palette bien plus large. Engagé en faveur de la cause de l’hyperinsulinisme dont son fils est atteint depuis son plus jeune âge, Hamilton Loomis a tout naturellement écrit à ce sujet le titre « Sugar Baby » qui ouvre l’album et après quelques superbes morceaux comme « Candles And Wine », « Ain’t What It Ain’t », « Getting So Big » ou encore « Love Can Do », c’est par une autre de ses passions qu’il referme « Basics », en réunissant pour l’occasion quelques-uns de ses jeunes guitaristes protégés de Houston pour « Funky Little Brother », une sorte de jam session d’une grosse dizaine de minutes sur laquelle ces musiciens âgés de treize à seize ans laissent libre cours à leurs inspirations les plus folles. Du talent, du charisme et du groove, une guitare qui fait des prouesses sans jamais se lancer dans des démonstrations dispensables pour privilégier le feeling et non pas la technique et enfin une musique qui n’engendre pas la morosité, loin s’en faut … Voilà un album qui ne devrait pas s’éloigner de sitôt de la platine !