Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow LEW JETTON & 61 SOUTH

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LEW JETTON & 61 SOUTH pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 27 août 2017
 

Palestine blues    
(Coffee Street Records – Frank Roszak Promotions – 2017)  
Durée 37’38 – 10 Titres

http://www.61South.com/      
 
Ses albums sont généralement bien accueillis par le public et par la profession et en appellent la plupart du temps à des sujets récurrents dans le blues mais c’est cette fois un album très personnel qu’a voulu nous proposer Lew Jetton, une sorte d’ouvrage en forme d’exutoire voire même de coming out dans lequel le chanteur et guitariste revient sur dix années de sa vie qui ont été marquées par l’alcool et la drogue mais aussi par de longues périodes de frustration et de dépression. Un album sombre donc, auquel l’artiste a voulu donner le nom de la communauté dans laquelle il a traversé toutes ces épreuves, Palestine, et dans lequel les textes sont à la fois poignants, forts et pleins d’émotions. Accompagné par son groupe 61 South,  Otis Walker à la basse, Erik Eicholtz à la batterie et J.D. Wilkes à l’harmonica, Lew Jetton déroule une dizaine de compositions dont les textes ne s’embarrassent pas de fausse pudeur et dont les mélodies se veulent toujours très abouties, la réunion de toutes ces bonnes choses permettant à « Palestine Blues » de marquer les esprits grâce à des morceaux qui ne font aucun quartier, des craqueries dans le genre de « Will I Go To Hell », « For The Pain », « Sold Us Out », « Don’t Need No Devil », « Christ Have Mercy » ou « Bout Time » qui conjuguent avec un certain savoir-faire la tradition du blues et un petit cachet novateur qui fait particulièrement plaisir à entendre. Chargé de sens avec un nom qui évoque pour le public un territoire sacré qui est également un lieu au cœur d’un conflit et pour l’artiste un havre qui lui a permis de se débarrasser de ses démons, « Palestine Blues » est sans conteste un album qui a su trouver un point d’équilibre parfait entre l’émotion brute et un côté sombre omniprésent qui parvient à tirer la musique vers le haut. Un ouvrage à ne surtout pas manquer !