Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow AUTOMATIC CITY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

AUTOMATIC CITY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 23 août 2017
 

Bongoes & tremoloes    
(Stag-O-Lee Records – 2017)  
Durée 32’02 – 13 Titres

http://www.automaticcity.fr   
 
Ils sont quatre et portent en eux une vision très personnelle du blues et si leur premier album se voulait très roots dans l’âme, Automatic City a décidé cette fois de mêler à son blues des percussions tribales et des rythmes caribéens, donnant à « Bongoes & Tremoloes » un cachet sauvage qui n’est pas sans en appeler plus ou moins ouvertement aux influences du vaudou. Tout un programme donc, d’autant plus qu’Eric Duperray au chant et aux guitares, Emmanuel Mercier aux guitares, Raphael Vallade à la contrebasse et Zaza Desiderio aux percussions font un usage non négligeable d’instruments comme la sanza, le sitar, le stylophone, le theremin ou encore la boite à rythmes Ace Tone et ses effets très particuliers. Enregistrée dans un mélange d’énergie et d’urgence, la seconde galette des Lyonnais sent bon les bayous de Louisiane et les cigares cubains et nous présente des titres empruntés à Willie Dixon, à Billy Boy Arnold, à Chuck Berry ou encore à Elvis Presley mais aussi quelques pièces originales qui ne font pas tâche du tout dans le paysage. Du relief, du grain et de l’émotion, c’est tout ce qui ressort de ces treize titres formidablement habités et particulièrement bien transposés sur un ouvrage qui transpire les bandes analogiques d’antan et le Space Echo qui allait si bien avec. On se laissera donc forcément convaincre par des « Crawfish », des « Mellow Down Easy », des « Havana Moon » ou des « Goin’ Down South » mais aussi par des compositions comme « Resolution Blues », « Evil Eyes On Me » ou encore « Puppet Made Of Shipwreck Wood » qui démontrent par l’exemple qu’Automatic City a tout compris de l’art de s’inspirer d’ainés comme John Lee Hooker ou encore Fred McDowell pour créer une musique à la fois inspirée et particulièrement originale. Un groupe à découvrir par curiosité et à suivre ensuite de très près par passion !