Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow JASON BUIE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JASON BUIE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 22 août 2017
 

Driftin’ heart    
(Autoproduction – 2017)  
Durée 38’58 – 11 Titres

http://www.jasonbuieband.com    
 
Guitariste et chanteur de Vancouver, Jason Buie s’est fait connaitre durant ces deux dernières décennies en se produisant dans toute l’Amérique du Nord mais aussi en Europe et au Japon et des salles jusqu’aux festivals, il a eu tout le loisir de partager l’affiche avec des grands noms comme Jeff Healey, Taj Mahal, Robert Cray, John Mayall ou encore Buddy Guy. Brillant interprète et songwriter affirmé, le Canadien a fait le pari de construire sa musique en s’appuyant sur de solides fondations faites de blues bien entendu, mais aussi de funk, de soul et de rock, autant de composantes qui lui ont su lui attirer les faveurs des fans mais aussi des professionnels qui ne manquent pas de superlatifs quand ils évoquent les deux premiers albums du guitariste. Le moment étant venu de se fendre d’une troisième galette, Jason Buie et ses complices Dave Webb aux claviers, George Fenn à la basse et John Hunter à la batterie ont soigneusement fait le choix treize titres dont sept sont des originaux et ont pris soin de trouver un juste milieu entre la guitare très expressive du frontman et le piano très inspiré de son acolyte. Considéré comme un des meilleurs guitaristes de blues de Vancouver, Jason Buie assume haut la main cet enviable statut et ne fait aucune entorse à sa réputation en nous offrant des riffs tirés à quatre épingles et en papillonnant du blues rock au blues pur jus avec une réelle imagination. Lancé sur un ultra-classique « Fool From The Start », « Driftin’ Heart » nous entraine vers des pièces pas piquées des vers comme « Government Man », « Stay The Night » ou encore « 12 O’Clock Check Out » mais paie également un tribut sincère à des artistes aussi différents que Sue Foley dont il s’approprie le tittle track, à Amos Milburn avec « House Party » et enfin à Jimmy Rogers et à Jessie Mae Robinson à qui il emprunte respectivement « You’re Sweet » et « Cold, Cold Feeling ». Il a le blues dans la peau et celui-ci le lui rend bien puisque outre le fait d’être un musicien de grand talent, Jason Buie est également co-fondateur et directeur artistique de la White Rock Blues Society qui promeut le genre dans toute la région de Vancouver en organisant entre autres des concerts. Un artiste à découvrir d’urgence !