Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow AYREON

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

AYREON pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 12 août 2017
 

The source
(Music Theories Recordings – 2017)  
Durée 41’10 + 44’31 – 7 + 10 Titres

http://www.arjenlucassen.com/
          
Il est parfois un peu difficile de suivre Arjen Lucassen tant les projets du multi-instrumentiste néerlandais sont nombreux, mais s’il est une chose qui est certaine, c’est que ce qu’il produit dans le cadre d’Ayreon est traditionnellement de bonne facture pour ceux qui apprécient le heavy progressif. « The Source » ne va pas déroger à la tradition et sera comme ses prédécesseurs un concept album imaginé autour de la science-fiction et décliné en quatre chapitres qui seront interprétés par pas moins de douze chanteurs parmi lesquels on remarquera forcément  James LaBrie (Dream Theater), Simone Simons (Epica), Floor Jansen (Nightwish), Hansi Kürsch (Blind Guardian), Tobias Sammet (Edguy, Avantasia), Tommy Karevik (Kamelot, Seventh Wonder) ou encore Russell Allen (Symphony X), la liste étant loin d’être exhaustive. Tantôt sombre et oppressant, tantôt lumineux et enjoué, « The Source » nous fait traverser diverses ambiances dans lesquelles on se laisse emporter à chaque fois et dont on ne ressort jamais tout à fait indemne tant certains morceaux sont forts, lourds, parfois insoutenables d’intensité. Particulièrement bien travaillé sur les mélodies et sur les arrangements, ce double album d’Ayreon en appelle aux guitares mais aussi aux synthés et autres pianos et enfin à des cordes qui donnent un petit cachet séduisant aux compositions. De la planète « Alpha » d’où l’aventure commence à la planète « Y » où ceux qui ont fui parviennent finalement à s’installer, on découvrira des titres pleins de belles nuances comme « The Day That The World Breaks Down », « Star Of Sirrah » et le superbe solo de guitare de Paul Gilbert (Mr. Big), « Aquatic Race », « The Dream Dissolves » avec un solo de synthé de Mark Kelly (Marillion), « Bay Of Dreams » ou encore « Journey To Forever », autant de belles choses offertes par un groupe all stars au meilleur de sa forme, emmené il est vrai par un compositeur hors pair. En près de quatre-vingt-dix minutes d’une création aussi mystique que fantastique et épique, Arjen Lucassen trace les contours d’un film imaginaire que les amateurs les mieux rompus à l’exercice ne manqueront pas de compléter de leur propre sens de l’imagination. Tour amateur de prog se doit de découvrir « The Source » !