Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow HYPNOTIC DRIVE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HYPNOTIC DRIVE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 10 août 2017
 

Full throttle    
(Autoproduction – 2017)  
Durée 37’27 – 9 Titres

http://www.hypnotic-drive.net/
 
Quartet apparu sur la scène rock francilienne en 2012, Hypnotic Drive a comme beaucoup de ses congénères copieusement arpenté les salles de la région grâce à un premier EP paru l’année suivante et c’est du Gibus au Pacific Rock et du Dr Feelgood à La Miroiterie que le groupe aura systématiquement déversé son stoner métissé de heavy et de punk, attirant ainsi dans son giron une cohorte de fans emballée par des influences venues de Karma To Burn, de Mustach ou encore de Clutch. A l’heure de confirmer, Jay au chant, Dronz aux guitares, Makz à la basse et Zav à la batterie nous présentent un premier album, « Full Throttle », sur lequel le bon fricote avec le meilleur pour un résultat qui n’en est que plus punchy, plus puissant, plus ouvertement poussé vers l’extrême. Des riffs tendus inondés de voix death, des parties plus calmes tapissées de voix claires, Hypnotic Drive refuse de se laisser enfermer dans un moule et s’efforce de décliner ses titres au rythme où les bucherons débitent habituellement des stères, sans jamais un coup de mou et en prenant toujours soin que les angles soient parfaits. Parti bille en tête sur « Five Regrets », « Full Throttle » revient rapidement sur « The Ride », son premier essai, avant de mettre le cap sur des titres plus techniques comme « Heading South » ou encore « Thunderstorm » qui mettent l’accent sur les progrès réalisés ces dernières années par Hypnotic Drive. Véritable groupe de scène, le quartet nous offre encore « Darkened White » qui le met dans des conditions plus live que jamais et qui ne fait qu’augmenter encore un peu l’envie que l’on a de découvrir tout ça en concert. Après tout, il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais ! Et encore …