Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow SYD KULT

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SYD KULT pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 03 août 2017
 

Syd Kult    
(Autoproduction – 2017)  
Durée 46’56 – 10 Titres

https://www.facebook.com/SydKult/   
 
Créée en 2013, cette formation francilienne s’est immédiatement autoproclamée comme étant un groupe de deep-rock et a revendiqué haut et fort des influences comme Alice In Chains, The Doors, Marilyn Manson, King Crimson, Blue Öyster Cult, Portishead ou encore Radiohead dès la sortie de son premier EP, quelques mois à peine après sa naissance. Un second EP l’année suivante enfoncera le clou et malgré quelques mouvements dans son line up, Syd Kult commencera à rafler la plupart des tremplins auxquels le combo participe. Encore un single proposé en ligne et il sera bientôt temps pour Cyril Delaunay aux guitares et à la plupart des autres instruments, Yohann François aux pianos, basses et autres instruments, Frédéric Scipion à la batterie et Gaelle Durand au violon de préparer ce premier album éponyme, un ouvrage pour lequel Syd Kult prendra soin de ne jamais mettre la charrue avant les bœufs pour être certain que chaque chose soit à sa place. Introspective, introvertie parfois, la galette s’appuie autant sur une construction qui flirte avec la perfection que sur des arrangements qui ne laissent rien au hasard, certains titres donnant ouvertement et incontestablement l’impression d’avoir été empruntés à des pointures de référence comme Pink Floyd, Blue Öyster Cult ou même Dream Theater, on a connu pire. Aspiré dans une sorte de tourbillon où les couleurs sombres mettent en valeur une musique particulièrement lumineuse, l’auditeur surpris au premier abord mais finalement très vite conquis se laisse entrainer dans des compositions comme « Heroes End », « Sweet Elevation », « Lullaby », « Already Down », « The Spell » ou « Silent Scream » qui ne le relâchent plus un seul instant avant que les trois quarts d’heure de voyage ne se terminent en apothéose avec « Another Season », véritable morceau de bravoure d’un album qui nous entrainera encore vers une ghost track aussi originale qu’intéressante avant de nous rendre notre liberté. Si au bout du chemin on aperçoit de temps en temps une lumière persistante, c’est bien vers un avenir tout droit tracé que cet album nous emmène, et nulle part ailleurs !