Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow CYCLOPE ESPION

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CYCLOPE ESPION pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 02 août 2017
 

Friday night epitaph    
(201a Records – 2017)  
Durée 38’32 – 11 Titres

http://www.cyclopeespion.com    
 
Pendant une douzaine d’années passée à New York où il a plus survécu que véritablement vécu, Thomas ‘Thomaxe’ Goze a joué de la guitare dans les rues mais a également accompagné quelques pointures comme Skinny Bones, Bowery Boys ou encore David Peel, côtoyant du même coup ceux qui ont collaboré avec les Dresden Dolls, The Ramones ou encore John Lennon et y gagnant une certaine envergure sur laquelle il s’appuie aujourd’hui pour nous proposer un premier album qui s’affranchit du punk rock de ses premières amours pour nous emmener dans une sphère indiepop alternative. Produit par Nate Kohrs, « Friday Night Epitaph » met le pied de Cyclope Espion à l’étrier et si Thomas y tient tous les instruments, il en est également le compositeur et l’auteur des textes en Français et en Anglais. En onze chansons qui en appellent aux influences de Patti Smith, de Johnny Cash, de Johnny Thunders, de Lou Reed ou encore des Ramones, Cyclope Espion nous raconte des histoires qui une fois mises bout à bout deviennent un peu son histoire, racontée à sa manière avec des petites imperfections et beaucoup de très belles choses que ces imperfections rendent encore plus passionnantes. Loin des albums faits et refaits, retravaillés à outrance et finalement un peu lisses, « Friday Night Epitaph » a fière allure avec ses faux airs de one shot qui donnent à des titres comme « Faux départ », « Wishful Thinking », « Mad Love & The Self » ou encore « Indélébile » de vrais airs de grandes œuvres. On est loin du rock underground qui a bercé la jeunesse de Thomas, et pourtant Cyclope Espion n’a pas manqué une seule seconde de lui rendre hommage à sa manière. C’est ça aussi qui donne de la teneur à un album que l’on pourra se procurer sur toutes les bonnes plateformes, ou bien entendu lors d’un concert !