Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow EIGHT OF SPADES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

EIGHT OF SPADES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 20 juin 2017
 

Ten years of fucking rock n roll
(Autoproduction – 2017)  
Durée 30’11 – 10 Titres

https://www.facebook.com/eightofspades.official/
        
Formé en 2004 autour de quatre membres issus de groupes valdoisiens, Eight Of Spades n’aura pas attendu son premier anniversaire pour accoucher d’une démo qui lui ouvrira ses premières portes sur les scènes punk, hardcore et metal. Un premier album paru en 2006 enfoncera définitivement le clou et après un changement de section rythmique en 2007, c’est en s’installant à un juste milieu entre Motörhead et Peter Pan Speedrock que JPouille au chant et aux guitares, Jeff aux guitares, Peter à la basse et aux voix Lolo à la batterie travailleront à une suite qui verra le jour en 2010, permettant à Eight Of Spades de partager l’affiche avec des groupes comme Bukowski, Banane Metalik et autres Trotskids. De retour sur le devant des bacs avec « Ten Years Of Fucking Rock N Roll », les Franciliens ne se font pas prier pour nous servir une nouvelle livraison d’hymnes dans laquelle on remarque une certaine capacité à s’installer de manière très légitime dans le sillage d’un bombardier resté orphelin depuis le décès d’un certain Lemmy, c’est donc avec une voix semblant venue d’outre-tombe, une rythmique survitaminée à outrance et une paire de guitares tranchante à souhait que Eight Of Spades nous claque quelques brulots incendiaires dans le genre de « One Beer Baby », « The Dead Man’s Hand », « Go! » ou encore « Under My Skin » et bien évidemment un title track qui ne laissera personne indifférent avec son gros break annonciateur d’un final totalement apocalyptique. Dix titres en seulement une demi-heure, voilà qui ne fait aucun doute sur la volonté d’efficacité d’un groupe qui vit essentiellement pour et par la scène, mais qui n’en oublie pas pour autant de proposer des albums qui tiennent la route. A écouter à plein volume donc, que ce soit dans le salon ou encore dans la voiture pour se rendre à un concert du quartet !