Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow LIMBONIC ART

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LIMBONIC ART pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 18 juin 2017
 

Spectre abysm
(Spinefarm Records – 2017)  
Durée 47’08 – 7 Titres

https://www.facebook.com/Limbonic-Art-20871553345/
http://www.limbonicart.net/
        
Formé en 1993 par Daemon, Limbonic Art est un groupe de black metal symphonique norvégien qui a commencé sa carrière en trio mais qui, au fil des disputes et autres changements de line up, s’est réduit à la portion congrue, son créateur devenant le seul membre permanent et finissant même par enregistrer tout seul en 2010 le septième effort du groupe, « Phantasmagoria ». Après sept années de disette, voilà donc Limbonic Art qui pointe à nouveau le bout de son nez avec un huitième effort, « Spectre Abysm », qui ne devrait pas révolutionner le genre mais qui perpétue l’œuvre du groupe en respectant ses traditions premières, à savoir la création et l’interprétation d’une musique extrême influencée par la musique classique et ponctuée d’éléments symphoniques grâce à l’utilisation de claviers et autres synthétiseurs. Violente et agressive, la nouvelle œuvre de Limbonic Art se soigne donc, et si ça ne s’entend pas forcément dès la première écoute, force est de constater qu’il y a à l’intérieur des grappes de notes qui semblent rapportées des partitions laissées jadis par Beethoven et Wagner. Plus de trois quarts d’heure de riffs torturés et de râles inhumains pour seulement sept morceaux, c’est une fois encore une création tirée par les cheveux que nous présente Daemon, une sorte d’enchevêtrement bien pensé de dissonances et d’harmonies auquel son créateur apportera quelques noms comme « Ethereal Traveler », « Requiem Sempiternam », « Triumph Of Sacrilege » ou encore « Through The Vast Profundity Obscure », histoire de mettre encore un peu plus de mystère sur la chose. Les érudits parleront de grind, de doom ou encore de djent, autant de termes qui ne feront pas forcément avancer la machine dans un sens ou dans l’autre, tandis que les simples amateurs se régaleront (ou pas) d’une musique à ne pas mettre dans des oreilles non averties. On se demande bien à quoi ressembleront les concerts de Limbonic Art, si toutefois concert il y a …