Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow GINA SICILIA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

GINA SICILIA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 14 juin 2017
 

Tug of war    
(BlueElan Records – Frank Roszak Promotions – 2017)  
Durée 39’47 – 11 Titres

http://www.ginasicilia.com              
 
Avec six albums publiés sur une décennie, Gina Sicilia a su se faire remarquer dans un registre où les belles voix ne manquent pas et c’est en mettant toute son énergie et tout son talent au service d’un blues moderne et ouvert en grand sur son époque qu’elle a gagné ses galons de maréchal, se retrouvant nominée aux Blues Music Awards dès son premier album, installant son EP « Sunset Ave » dans le Top 20 de Blues Radio en 2016 et confirmant tout le bien que l’on pensait d’elle en tournant intensément aux Etats Unis durant toute une année. A l’heure de confirmer, la chanteuse met un accent tout particulier sur le versant soul et rhythm’n’blues de sa musique et nous délivre une nouvelle ordonnance sur laquelle on trouve une grande majorité de pièces originales, la plupart issues de sa plume, mais aussi quelques relectures réussies de titres empruntés à Harlan Howard ou encore aux Beatles. Produit par Glenn Barrat et Dave Darling, respectivement récompensé et nominé aux Grammy Awards, « Tug Of War » est sans doute l’effort le plus personnel de Gina Sicilia, une chanteuse généreuse à la voix riche et racée qui propose un album dans lequel elle s’ouvre en grand à ses fans en évoquant les moments les plus durs de son existence sans pour autant tomber dans le mélodrame mais en trouvant l’intonation la plus juste pour en faire un véritable trésor riche en couleurs et fort en émotions. On insistera sur l’incroyable tessiture et sur la puissance parfaitement contenue d’une voix qui prend directement aux tripes et qui propulse très haut des chansons en forme d’étoiles qui dès lors n’en finissent plus de briller, des « Damaging Me », « Never Gonna End », « They Never Pay Me » ou « Heaven » et bien entendu l’impressionnante version de « All My Loving » qui retourne instantanément l’auditeur. Une merveille !