Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow TAKEIFA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TAKEIFA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 11 juin 2017
 

Gass Giss
(Moctar Sall – Keyzit – 2017)  
Durée 36’23 – 10 Titres

http://www.takeifa.org        
 
Il y a plus de dix ans que cette fratrie que l’on connait sous le nom de scène de Takeifa s’efforce de porter une vision positive et optimiste de l’Afrique auprès d’un public qui a su apprécier ses deux précédentes productions, une décennie toute entière que la famille Keita, Jac au chant, Cheikh à la guitare, Maah Koudia à la basse et Iba à la batterie, s’attachent à proposer en un concentré d’afro-rock toute une palette de sonorités et de saveurs qui n’en finissent plus de toucher les esprits et de séduire les cœurs. Rejoints cette fois par leur frère Fadel au rap, les Keita nous invitent à un nouveau voyage au cours duquel ils vont pousser leur public à chercher le meilleur du continent noir, en lui indiquant à l’occasion la bonne direction au travers de morceaux regroupés sous l’appellation « Gass Giss » que l’on pourrait traduire du Wolof par quelque chose dans le genre de « Qui cherche trouve ». Véritable bouillon de toutes les cultures qui ont baignées ces jeunes gens, formidable patchwork musical dans lequel les syncopes répondent aux longues envolées, la dizaine de titres de ce nouvel opus mélange les langues et les dialectes autant que les sons et les influences pour nous proposer une musique tantôt dansante et enjouée, tantôt plus orientées sur la méditation et sur la quête d’une identité forte, le tout donnant au bout de la route une petite quarantaine de minutes d’un effort que l’on écoute avec une oreille totalement neuve tant « Gass Giss » a réussi son pari de n’être ni vraiment de l’afro, ni vraiment de la world, ni même du folk et encore moins de la pop mais un peu de tout ça à la fois. On se laissera forcément interpeller par des titres comme « Hé Jo », « Ndanane » où l’on remarque la présence de Baaba Maal, « Fire » ou encore « Supporter », autant de pièces pleines d’originalité et de sincérité que l’on pourra apprécier sur la scène du New Morning le 28 juin et deux jours plus tard dans tous les bacs. A ne surtout pas manquer !