Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ASKE JACOBY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ASKE JACOBY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 28 mai 2017
 

Live in Paris
(Giant Birch – 2017)  
Durée 57’21 – 8 Titres

http://www.askejacoby.dk/        
 
Il fait partie des artistes incontournables de la scène scandinave et outre le fait d’enregistrer et de se produire avec son propre groupe, le chanteur et guitariste danois Aske Jacoby joue régulièrement les sidemen de luxe et les musiciens de studio puisqu’on a pu le retrouver sur près de quatre cents albums enregistrés au cours des trente-cinq dernières années ! Fort de six ouvrages personnels, le songwriter a profité de la présence à Paris de ses musiciens danois pour y immortaliser un concert donné chez O Gib et c’est avec une petite couleur bien de chez nous qu’on le retrouve dans un style qui n’appartient qu’à lui, à la croisée de la folk et du rock ! Soutenu par Rune Funch à la guitare et Assi Roar à la basse mais aussi par le plus danois de Parisiens, Johan Dalgaard aux claviers, et enfin par le Français Raphael Chassin à la batterie, Aske Jacoby laisse éclater tout son génie créatif sur les huit titres d’un album dans lequel on ressent quelque peu l’influence des Bob Dylan et autres Neil Young sur les premiers titres puis petit à petit des cachets qui ne sont pas sans faire penser à Pink Floyd ou même à Dream Theater. Brillant guitariste, chanteur à la voix sensuelle et convaincante, l’artiste assume pleinement l’héritage américain de sa musique mais n’oublie jamais de lui apporter une grande part de personnalité et jouant non seulement de sa formidable capacité à partager des émotions mais aussi sur son envie de sortir des chemins trop bien balisés pour offrir une musique luxueuse et innovante. De la superbe « Sweet Louise » jusqu’à l’irrésistible « Fundamentalist », on ne se lasse jamais de cheminer au gré des « Lotus », « Reincarnation Blues » et autres « Trashcan Man » avec à chaque instant une multitude de petits détails, de petites notes qui viennent former une sorte de dentelle musicale à laquelle résister est tout simplement impossible ! Produit par Johan Dalgaard et Aske Jacoby lui-même, ce « Live In Paris » est le reflet parfait de ce que l’on peut réussir à faire quand on se donne vraiment les moyens de rechercher la note bleue … Indispensable !