Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SERENDOU

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SERENDOU pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 16 mars 2017
 

Zinder
(Hirustica – L’Autre Distribution – 2017)  
Durée 70’18 – 13 Titres

http://www.jeanlucthomas.com/projets/serendou
 
Né il y a une décennie de la rencontre de deux flûtistes, l’un du Niger et l’autre de Bretagne, le trio Serendou à instantanément fait le pari de mélanger deux cultures et deux traditions mais aussi deux voix pour donner vie à un art à la fois unique en son genre et formidablement métissé. Yacouba Moumouni à la flûte serendou et au kamélé n’gouni et Jean-Luc Thomas aux flûtes et aux machines ont tout naturellement fait appel aux percussions de Boubacar Souleymane et c’est à force d’expériences et d’improvisations qu’ils en sont arrivés non seulement à proposer un premier album mais aussi à prendre part à tous les grands rassemblements de France et plus largement d’Europe et du Monde. Des Vieilles Charrues à Africolor et au Niger où fut enregistré leur premier effort, les trois complices ont su gagner leurs lettres de noblesse avec un style hybride qui emmène le spectateur dans une sorte de voyage rituel où la surprise tutoie l’émotion et où la lucidité se pare à l’occasion d’une part de mysticisme. Si le trio Serendou a choisi d’appeler son deuxième album « Zinder », c’est en hommage à la ville du même nom, la seconde du Niger, celle à la frontière du Tchad et du Nigéria qui a été le théâtre des émeutes sanglantes de 2015. En treize titres, le groupe fait montre de son côté le plus positif, le plus humain, et nous entraine dans un univers où l’electro se fraie discrètement un chemin sans pour autant dénaturer un ensemble plein d’harmonie dans lequel les flûtes sont reines. De la Bretagne à l’Afrique, il ne reste plus que quelques pas que Serendou nous propose de franchir en parfaite harmonie avec des titres criants de créativité, de spontanéité et de sincérité comme « Aikin Yara », « Yallardoua », « Plinn De Laabu », « Koutachi » ou encore « L’Amour ». Une part non négligeable de gaité et une autre teintée d’autant de lucidité que d’optimisme, avec « Zinder », c’est une véritable leçon de vie que nous propose le trio Serendou. A consommer sans la moindre modération !