Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DELTA MOON

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DELTA MOON pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 13 mars 2017
 

Cabbagetown
(Jumping Jack Records – 2017)  
Durée 36’50 – 10 Titres

http://www.deltamoon.com     
 
Originaire d’Atlanta, Delta Moon est un groupe qui est né presque par hasard de la rencontre de deux guitaristes, le premier essayant alors de vendre son dobro au second … Si l’affaire ne fut pas réalisée, Tom Gray et Mark Johnson deviendront quoi qu’il en soit amis et complices de jeu, deux adeptes de la guitare slide qui se retrouveront pour des concerts dans les clubs et autres soirées privées avant de passer aux choses sérieuses, de structurer leur groupe et de finalement remporter l’International Blues Challenge à Memphis en 2003. Fort de cette nouvelle renommée et d’une multitude d’Awards récoltée au fil des ans, le groupe enregistrera pas moins de sept albums et tournera dans tout le Nord de l’Amérique mais aussi en Europe et c’est justement au retour d’une tournée sur le Vieux Continent en 2016 que Tom Gray au chant et aux guitares, Mark Johnson aux guitares et lap steel, Franher Joseph aux basses et Marlon Patton à la batterie auxquels on ajoute quelques invités comme Jon Liebman aux harmonicas et divers choristes se fendront de la composition et de l’enregistrement de ce huitième effort dans le studio de Marlon Patton à Tucker, en Georgie. Chaud comme la braise après des mois entiers à jouer six soirs par semaine, Delta Moon ne tardera pas à écrire la moitié des chansons qui lui manquaient encore pour terminer l’album et c’est au final neuf compositions et une reprise du « Death Letter » de Son House qui se retrouveront sur « Cabbagetown », un ouvrage à la fois rural, rustique mais sans trop en faire et surtout passionnant. Des titres old school, lourds et oppressant, jusqu’aux pépites plus empreintes de groove voire de swing ou même de hip hop, Delta Moon nous emmène dans des histoires où il est question de sujets très autobiographiques mais aussi de choses plus générales comme la condition des hommes dans notre monde. Avec quelques superbes échanges entre le bottleneck de l’un et la guitare hawaiienne de l’autre, les deux guitaristes nous entrainent dans une sorte de monde qui n’appartient qu’à eux mais qu’ils ouvrent avec une certaine générosité au travers de pièces d’une rare intensité comme « Rock and Roll Girl », « Just Lucky I Guess », « Coolest Fools », « Death Letter », « Cabbagetown Shuffle » ou encore « Sing Together ». Tout amateur de belles guitares qui se respecte appréciera, c’est certain !