Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Interviews arrow THE RAVEN AGE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE RAVEN AGE pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
jeudi, 16 février 2017
 

THE RAVEN AGE

http://theravenage.org/

Crédit photo : Christiane Tastayre.

The Raven Age a été une des révélations du Download Festival l'an dernier à Paris. Ils nous reviennent cette fois avec un excellent album, « Darkness Will Rise », qui confirme tout le bien que l'on pensait d'eux. Une rencontre avec George Harris, l'un des guitaristes du groupe.

Salut Georges, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?
Salut, je suis Georges du groupe The Raven Age, un groupe de cinq gars de Londres, Royaume-Uni, qui font du métal mélodique.
 
Pourquoi ce nom de The Raven Age ?
Le nom est dérivé des corbeaux de la Tour de Londres. Historiquement, les corbeaux ont été attirés à la Tour à cause du sang et des charognes qu'ils venaient consommer. Après ils devinrent les gardiens de la Tour et habitaient les lieux. La légende veut que si les corbeaux partent ou s'envolent, la Tour et la monarchie britannique tomberont.
 
Musicalement, on parle de The Raven Age comme un groupe de metal mélodique, mais vous êtes quand même plus heavy que mélodique non ? Comment vous vous définissez ?
En fait, nous traversons différents genres et styles ... Il y a des influences metalcore et hard rock mais aussi des influences classiques ou de heavy metal. Nous pensons que le metal mélodique est le "sweet spot" entre tous ces genres. Notre musique est très heavy et du gros son comme tu dis, mais les chants plus mélodiques peuvent facilement s'intégrer dans tous ces styles. Donc c'est un bon mélange.
 
Parlons de « Darkness Will Rise », votre nouvel album. Pourquoi ce titre ? Est-ce la situation actuelle qui vous fait penser à cette "ascension des ténèbres" ?
Ce n'est pas réellement la situation actuelle dans le monde, même si je peux certainement y voir une relation. Le titre provient en fait de l'histoire de The Raven Age. Darkness, le côté noir, représente les "Corbeaux" à la Tour de Londres qui en fait réalisent le pouvoir qu'ils ont sur la Grande-Bretagne. C'est aussi une métaphore pour nous en tant que groupe.
 
Cet album est un concept album ? Est-il scénarisé ou toutes les chansons peuvent être écoutées sans ordre spécifique ?
Non, ce n'est pas un concept album. Peu importe dans quel ordre tu écoutes car toutes les chansons concernent des choses différentes.
 
Comment se passent les compositions ? Qui écrit les textes, la musique ? Est-ce la musique qui inspire le texte ou l'inverse ? Qu'est-ce qui vous a inspiré pour les paroles ?
Dan (l’autre guitariste du groupe) et moi-même, on commence habituellement avec un riff de guitare et on recherche ensuite une base musicale pour la chanson. Ensuite on construit des mélodies et les textes viennent seulement après. Pour l'inspiration, en fait j'ai lu beaucoup de livres d'histoire. J'ai une passion pour l'histoire, et donc cela vient de ça.
 
Lorsque vous composez, vous pensez live ? Vos compositions sont-elles conçues ou pensées pour être jouées sur scène ?
Je suppose qu'inconsciemment, lors de l'écriture ou des compos, on pense forcément au live. Nous aimons créer le drame dans nos chansons et la dynamique ou la puissance de notre musique se prête au live. C'est purement basé sur notre style d'écriture. Ça se fait naturellement je crois.
 
Votre premier EP sorti en 2014 avec 4 titres, était-il les prémices de cet album sorti en 2017 ?
Le EP a été un extrait de notre son, de ce que l'on pouvait et voulait faire. Et c'était certainement comme un petit avant-goût de ce qui allait devenir « Darkness Will Rise ». L'écriture n'a pas changé drastiquement, on a juste un plus large éventail d'influences.
 
Vous avez joué en ouverture de grands groupes comme Maiden ou Anthrax, quelles expériences en avez-vous tirées ?
Je pense que la principale chose que nous avons appris est combien il est important de rester bien concentré sur notre musique et surtout toujours de son mieux par vos fans. Chaque groupe pour lequel nous avons eu la chance d'ouvrir a toujours apprécié et respecté ses fans ... Parce qu'en fin de compte, ils réalisent qu'ils ne seraient pas là où ils sont sans eux. Donc toujours respecter son public, c'est très important. Nous avons également appris que pour réussir, le travail acharné et la détermination sont vraiment payants ! Quand tu vois comment ils continuent à bosser alors qu'ils sont des géants de la musique, c'est une sacrée leçon.
 
On vous a découvert en France au Download Festival. Moi aussi par la même occasion, et vous étiez pour notre webzine la révélation de ce festival. Comment avez-vous vécu ou ressenti ce premier contact avec le public ?
Honnêtement, Le Download Festival a été l'un des points forts de notre année 2016 ... Les fans français étaient incroyables et nous ont donné un accueil incroyable ! Nous n'avons joué que trois fois en France, mais ce jour-là nous a donné envie de revenir aussi souvent que nous le pourrons !
 
Des chances de vous voir sur scène ou en Festival en France ?
Nous ne pouvons pas le dire avec certitude ... mais c'est prioritaire sur notre liste de priorités ! (Rires)
 
Vous devez promouvoir cet album, vous dites quoi ?
Si vous n'avez pas entendu parler de nous auparavant, allez voir notre nouvelle vidéo « Salem's Fate » car elle représente bien ce qu'est notre groupe ... C'est une histoire avec beaucoup de puissance et d'énergie et c'est un bon point de départ pour nous découvrir ! (Rires)
 
Pouvez-vous définir votre groupe en 2 ou 3 mots ?
Heavy, mélodique, héroïque.
 
Dernière question, quel est le dernier album que vous avez écouté ?
Avenged Sevenfold, « The Stage ». C'est un super album avec beaucoup de belles voix, bien heavy. Exactement ce qu'on aime!

Merci
Merci à toi

Propos recueillis par Yann Charles