Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Interviews arrow NEW MODEL ARMY

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NEW MODEL ARMY pdf print E-mail
Ecrit par Alexx Schroll  
jeudi, 15 septembre 2016
 

NEW MODEL ARMY

http://www.newmodelarmy.org/

English version in the second half of the page

Difficile de classer New Model Army, tant leur style et leur musique nous surprennent à chaque fois. Et avec leur nouvel album « Winter », ils ne dérogent pas à cette règle. Pour en savoir plus sur eux et sur leur dernière production, qui de mieux qu'une vraie spécialiste (et vraie fan !!) pour les rencontrer. C'est Alexx Schroll qui s'est entretenue avec Justin Sullivan, le charismatique chanteur. Pour information, New Model Army sera en concert le 16 décembre 2016 au Divan du Monde à Paris.

OK, pour commencer une petite question, le premier single extrait de "Winter" (Devil) vient de se retrouver n°1 des charts britanniques catégorie vinyle, comment avez-vous réagi en l’apprenant ?
Ça nous a fait rire ! En fait, ça nous fait plaisir, mais les charts….on n’y pense pratiquement jamais. C’est chouette que les gens aiment ce que l’on fait, mais on ne le fait pas pour ça, même si, bien sûr on espère que nos chansons plaisent à beaucoup de monde.

Ce nouvel album, « Winter », qui succède à « Between dog & wolf », est juste magique. En l’écoutant, il m’a semblé que par rapport à son prédécesseur qui était l’aboutissement d’un groupe, il était plus axé sur ta personne ?
En fait, c’est plutôt le contraire. Between Dog & Wolf était davantage un travail conjoint de Michael (Dean, batteur) et moi. Il a été construit comme une cathédrale. Nous avions une sorte de plan pour l’élaborer, mais les autres ne savaient pas exactement ce que nous avions en tête, un peu dans le style de Quadrophenia des Who : c’est Pete Townshend qui l’a créé, et les autres ne l’avaient pas vraiment compris avant qu’il soit fini. C’était la même chose avec Between Dog & Wolf, mais Winter est plus l’album d’un groupe. Pour BD&W donc, nous avions décidé de passer beaucoup de temps en studio, de le mixer aussi bien que possible , et nous avions répété ce processus avec Between Wine & Blood (double album contenant un live et un EP sorti peu après Between Dog & Wolf). Pour Winter, nous voulions l’inverse, être dans une petite pièce, de façon très simple, mettre tout devant pour sonner un peu live, et l’enregistrer comme un groupe.

Winter (Hiver) est un thème assez récurrent dans l’histoire du groupe… Cela signifie-t-il que tu te sens connecté à l’hiver ?
En fait, j’apprécie tous les moments de l’année, même si mon mois préféré est celui-ci, septembre. J’aime l’idée de changement dans les saisons qui se succèdent. Dans la chanson Winter on entend cette phrase « The age of consequence », je crois l’avoir lue quelque part et je l’ai empruntée. Il y avait pas mal de choses qui tournaient mal et j’avais justement l’impression d’entrer dans cette période de conséquence. Puis l’hiver est venu par-dessus tout cela. Pour moi, l’hiver fait référence à une période qui se fige, où tout s’arrête. Lorsque la première neige apparaît et que le temps semble stopper… J’adore cette idée… En Angleterre contrairement à chez toi nous n’avons pas beaucoup de neige mais lorsqu’il y en a, on peut entendre que la neige étouffe les sons. Cependant chaque saison me « parle ». La notion d’hiver dans la chanson est de regarder au-delà de la période de conséquence. C’était le deuxième ou troisième morceau que j’avais écrit pour l’album, et j’ai trouvé que ce titre serait parfait pour l’album.

Nous, on écoute tous « Winter », et toi ?
Mon album de la semaine est assez ancien, c’est PJ Harvey avec « Songs from the Sea », mais ça change tout le temps… D’ailleurs, c’est intéressant car chaque membre du groupe écoute quelque chose de différent. C’est ce qui fait peut-être notre intérêt, tout le monde a des goûts divers et nous venons tous d’horizons musicaux variés, donc il est bien difficile de nous définir.

Justement, avez-vous un « ciment » musical sur lequel vous pouvez greffer vos différences musicales ?
Oui, c’est New Model Army (rires). Une année, avec strictement le même répertoire, on a joué dans un festival punk, un festival folk, un festival métal et un festival hippie… Personne ne sait qui on est vraiment, même pas nous, on est ce que l’on est… Mes racines sont à chercher dans la musique soul, Michael est plutôt rock, Marshall adore le blues, Ceri c’est un métalleux, Dean aime la musique psychédélique… on écoute tous des trucs différents. Un jour, on était à table et on a essayé de penser à un album sur lequel on était tous unanimes mais on n’a pas réussi à trouver…. C’est tout de même assez rare, on aime les mêmes choses mais on n’est pas tous fous de la même musique.

Perso, j’aime bien dire que New Model Army sont des punks de Stonehenge, qu’est-ce que tu en penses ?
Ben, tout le monde a le droit de nous qualifier de ce qu’il veut ! (rires)

Quelle chanson du nouvel album va être la meilleure à jouer sur scène ?
On ne les a pas toutes essayées encore, on a joué « Burn the castle », « Part the waters » et c’est à peu près tout. Je suis très fier de « Beginning », ce que l’on peut entendre sur l’album correspond tout-à-fait à ce qu’on a enregistré. Parfois, il nous semble difficile de tout lâcher en studio, les machines tournent, la lumière rouge est allumée… C’est un peu stressant. Par contre, sur « Beginning », on a vraiment réussi à lâcher les chevaux ! C’était génial, on peut vraiment ressentir cet enthousiasme sur l’album ! Et ça n’arrive pas très souvent ! J’ai hâte de l’essayer sur scène, on n’a pas encore commencé à répéter….

Et ta chanson préférée live ?
Ça change tout le temps. Sur les albums j’en ai quelques-unes de préférées, mais sur scène, je ne sais pas trop. On peut adorer jouer une chanson puis s’en lasser quelque peu, puis une autre devient notre préférée etc etc… On n’est pas dans le même esprit à chaque concert , parfois on a envie de jouer les chansons énervées, parfois on a envie de jouer celles qui sont davantage calme, cela dépend de l’ambiance des soirées, de la disposition de la salle, de la taille du public….Ce qui est surprenant, c’est que parfois on a le sentiment que le concert va être génial, on a vraiment envie de jouer, l’endroit est sold-out, ça va le faire, ça va être fantastique….et on arrive sur scène et ça ne prend pas, on ne sait pas pourquoi….Et d’autres fois, on n’a pas l’énergie, on est crevés, on n’a pas envie de jouer… Et là sur scène dès le premier accord on sait que ça va être gagné. Aucun moyen de savoir si le concert va être génial ou moyen,  on n’a pas de boule de cristal… Lorsque je jouais en solo c’était facile, si je voulais modifier la setlist je pouvais le faire, mais là avec le band c’est plus délicat. On essaie de penser la setlist comme une sorte de voyage. Ce n’est pas facile de passer d’une chanson bien speed à une plus cool et de revenir à une énervée etc… alors il faut vraiment qu’on l’imagine comme un voyage. On met un certain temps pour aboutir à un ordre qui nous convient, alors en général on n’y touche pas trop lors des tournées. En général, ça fonctionne bien. Par contre, on ne sait jamais ce qu’on va faire en rappel, on y réfléchit seulement quand c’est le moment : « ho, pourquoi ne pas jouer ça… »

Une vingtaine de dates en Allemagne et en Suisse, deux seulement en France… Quel dommage pour nous les fans français….
Quel dommage pour nous aussi. On est tous francophiles et on adorerait être plus populaires en France, mais on l’est davantage en Allemagne et c’est comme ça depuis le début… Je pense qu’à cela, il y a 2 ou 3 raisons : l’Allemagne possède un réseau de clubs que n’a pas la France : dans la moindre petite ville il y a une salle et nous les avons toutes faites. L’autre raison est qu’en Allemagne, il n’y a  pas d’endroit où tout est centralisé, contrairement à la France où à l’Angleterre où les capitales régentent tout niveau culture : les gens sont libres d’aimer ce qu’ils veulent. Nous, on est tout sauf un groupe médiatique, on n’a jamais été «cool »… Mais on revient en France en mars, on va faire davantage de dates, je ne sais pas encore combien, par contre. Et, je parle un peu français ! (en français dans le texte)

As-tu l’intention de sortir un deuxième album studio, après « Navigating by the stars » (sorti en 2003, ndA)
J’en suis très fier, j’ai adoré le composer, l’enregistrer, je l’écoute une fois par an et je pense que je devrais remettre le couvert, mais en ce moment avec New Model Army on a trouvé un réel équilibre, on se sent bien les 5 ensemble, et j’aurais un peu peur que cet équilibre s’effrite quelque peu si je pars faire un album solo et si je reviens  2 mois après, on n’aurait peut-être plus le même ressenti. Je n’ai pas envie de perdre cet équilibre alors je peux attendre. Je pense le refaire mais rien ne presse.

Comment composez-vous ? Musique puis paroles, l’inverse, les deux en même temps ?
En général je m’assois et je compose en acoustique. Mais on peut voir le processus de composition avec l’idée de deux placards : dans l’un, on met les idées musicales : les mélodies, ce qui provient de jams, des rythmes de batterie….Dans l’autre placard, ce sont tout ce que j’écris dans mon carnet (j’ai un carnet sur moi en permanence) : des histoires qu’on me raconte, des choses que je vois, que je vis… ce sur quoi j’ai envie d’écrire. Ensuite il faut attendre que les deux placards soient pleins, car si on commence avant, on se retrouve à court d’idées, c’est ce qu’il s’était passé lors de « Strange Brotherhood » dans les années 90, on avait décidé de trouver des idées en studio mais on n’a pas réitéré l’expérience. Donc maintenant l’objectif c’est de remplir les placards et quand ils sont pleins on peut commencer à créer un album, tout devient plus facile car on peut en retirer les éléments dès qu’on en a besoin : « commençons par ce rythme de batterie… peut-être pouvons-nous partir de ces paroles…. » et tout s’imbrique. Au début, ça ne ressemble pas souvent à grand-chose mais au fur et à mesure ça devient meilleur. Et quand on bloque, on peut toujours retourner se servir dans l’un ou l’autre de ces placards, qui sont remplis par tous les membres du groupe.

Si pour une raison ou pour une autre, tu devais arrêter la musique, que ferais-tu ?
Je ne pourrais jamais. Pour moi c’est ce qui me satisfait le plus. C’est la même chose pour tout le monde, on s’accomplit dans ce qu’on fait le mieux, un journaliste, un menuisier… Je pense que ce qui me va le mieux c’est d’écrire des chansons et de les jouer sur scène. Plus j’apprends, plus j’ai envie de continuer.

Tu es fan de The Ruts (superbe groupe punk anglais de la première vague n’ayant eu que quelques années d’existence, à cause de la mort de leur leader Malcolm Owen en 1980). Malcolm Owen est-il une de tes influences majeures ?
Oui, j’ai vu un de leur concert fin 79 et ça a changé ma vie. Il y avait 200 personnes et ce concert était à la fois violent, beau, magnifique et effrayant… Il faisait se sentir vivant, un condensé de la vie. En fait, c’était un modèle de tout ce qu’on essayait de faire avec NMA. Six mois après ce concert, Malcolm Owen mourait… C’étaient également des musiciens exceptionnels, contrairement à tout ce qu’on pouvait entendre concernant le punk rock, que les types qui montaient des groupes savaient à peine jouer…..Je n’ai jamais vu un frontman aussi charismatique que Malcolm Owen, et il n’y a pas beaucoup de vidéos où on peut le voir sur Youtube, ce qui renforce encore davantage sa légende.

Pour terminer, j’ai ouï dire qu’il ne te restait que très peu de points sur ton permis, comment cela se fait-il ?
C’est parce que lorsque je conduis, je pense toujours à autre chose, et j’écoute de la musique très fort… Cela dit, j’adore conduire, je fais en moyenne 50 000 kms par an, les véhicules sont des maisons roulantes qui me permettent d’écouter de la musique tout en allant d’un point A à un point B.

Merci mille fois.
Merci, c’était un plaisir.

Propos recueillis par Alexx Schroll


It’s rather scary to be on the phone with someone you’ve admired for years, and eventually 30 minutes were too short as I had tons of questions about the band, about the new album Winter, about touring and about inspiring cupboards. Enjoy this interview I had with New Model Army’s Justin Sullivan as much as I did (if possible). Alexx

How did you react when Devil reached n°1 on the UK vynil charts a few days ago ?
… We all laughed. The charts….We never think too much about it. It’s nice when people like what you do, but we don’t do it to be liked. We just hope people like it.

I have the feeling that contrary to Between Dog and Wolf which was more New Model Army, Winter is more Justin, am I wrong ?
Yeah, actually it’s rather the other way round. BD&W is very me and Michael. It was built like a cathedral. Me and Michael talked about it. We had a kind of plan, but nobody knew what we were doing. The others played on the album but they didn’t really know about it, a bit like The Who’s Quadrophenia, Pete Townshend wrote it but the others in the band didn’t really understand it until it was finished. It was the same with BD&W but Winter is more of a band album. For BD&W We decided to spend a lot of time in studio then bring it to the best possible mix, and build it like a cathedral. We repeated the same process with Between wine & Blood. For Winter, we wanted to do the opposite, be in a small room, in a very simple way, everything in the front, and the whole band was playing, this is much more a band album.

Winter is a recurrent topic throughout loads of NMA songs, do you feel more connected to it than other seasons ?
I feel very related to now. September is my favourite season. I like all seasons, with the idea of change. The song Winter is a reference to something I stole, I read it somewhere « The age of consequence », a lot of bad stuff was coming up and I felt we were entering the age of consequence. And winter came over it. For me winter refers to something still, when things stop. When the first snow comes up everything stops and I love this idea. We don’t have loads of snow, but I love it when it first falls and when you can hear that muffled sound. However I love all the seasons. The idea of Winter in the song is looking beyond the age of consequence. It was the second or third song I wrote for the album and I thought it would be a good title for the album really.

What do you currently listen to ?  
My album of the week is PJ Harvey « Songs from the sea », but it changes all the time. Everybody in the band are into different things. This is the thing about us, we all like different music and we come from different place musically, so it’s hard to find what NMA really is.

So do you think you have a common cement on which you can add all of your musical influences ?
Yes the cement  is NMA ! One year we played a folk festival, a metal festival, a punk festival and a hippie festival, all with the same songs… nobody knows what we really are, we are what we are….My roots are in soul music, Michael’s more into rock, Marshall’s in blues, Ceri’s into metal, Dean’s into psychedelic music… we all listen to different things . One day we were having dinner, and we tried to think about one album in the history of music we all loved, and couldn’t agree on one. I think it’s unusual. There’s loads of things we all like, but we love different things.

Which songs from winter will be the best to be played live ?
We haven’t played many live yet except for Burn the castle, Part the waters. I’m very proud of « The beginning », what you hear is what happenend in the studio. Sometimes we found it difficult to let go in the studio. The machines are running, the red light’s on, it’s difficult to let go. But on « Beginning », we let go. And it was very exciting , we can feel the excitement on the record. It doesn’t happen very often. I’m looking forward to try this live, we haven’t even started rehearsing yet…

20 dates or so in Germany and Switzerland, only 2 dates in France, I feel sorry for us French fans.
I feel sorry for us too… we all are francophiles and would like to be more popular in France, but we’re more popular in Germany and have always been. I think there are 2 or 3 reasons, Germany has this network of clubs that France doesn’t have, small clubs growing up in every small town… and we played all those ; The other thing is that in Germany there is no centralized media, so people like what they like. In France and England, there is one city that dictates really everything that happens and as we’re not a media band…..we were never « cool ». But we are going to be back in France in March , doing more shows, but I’m not sure how many.

Would you consider doing another solo album ?
 I’m terribly proud of « Navigating », I loved doing it, I listen to it once a year and I feel I should do it again, but NMA is really good together, we found a great combination being together, we’re on a roll, so if I go off to record a solo and come back 2 months later, maybe it won’t be the same feeling. I don’t want to lose it, I can wait. I’ll do it but I’m not in a rush.

What’s your fave song live ?
 It changes all the time. I have a couple of favourite songs on record…On stage… you can love one song and then get bored of it, and then it changes and you have a new favourite song…You’re in different moods every night, sometimes it feels right to play all the angry one, sometimes you want to play something more smooth, it depends on nights, on the geography of the rooms, how big the audience is….   However sometimes it’s funny how it can be, there are nights when you feel it’s going to be really really great, you really want to play , it’s sold out, it’s gonna be fantastic…and you get on stage and nothing really happens, you don ‘t why… and sometimes you don’t feel like wanting to play, you’re tired, you don’t have any energy, and you go on stage, play the first chord, and you say « God I love this »… You never know, special gigs come sometimes…you never know… When I do solo shows it’s easy if I want to change something, but with the band there are too many people involved, it’s more complicated. We try to design a setlist that feels like a journey . It’s hard to go from an angry song to a mellow song to another angry song, so we really have to make it feel like a journey, it takes a while to find it then we stay with, I think it usually works, but we never plan the encores.

Could you describe the way you compose
 Usually I sit down and try songs in acoustic, but the way we mostly work is that we have 2 cupboards : into one go musical ideas, melodies, a bit of a jam session… specially drum beats. All of these go into the cupboard « musical ideas ». In the other cupboard , are things I write on my notebook, I have a notebook with me all  the time.Stories people tell me, something I see… just things I want to write about. And then you have to wait till the 2 cupboards are full, because if you start when they’re empty, then you get stuck, which happened to us in the 1990s with Strange brotherhood : we tried to find ideas in the studio, and we never did that again. So now we’re trying to fill up the cupboards, when they’re full we can start creating an album. And it’s easy because we can pull out things « let’s start with the drums… let’s start with that beat… maybe these lyrics » and we can start to put it together. When you start it’s usually rubbish, but then it can come up to something good. When you get stuck, there are still these cupboards full of ideas. And these ideas come from everybody in the band.

I heard you were a big fan of the band The Ruts , is Malcolm Owen your main influence ?
 I saw one gig by them which changed my life, i think it was end of 79, there were 200 people, and that gig was everything wonderful and scary and beautiful … it was everything about being alive. Very violent and beautiful, a kind of template of everything we tried to do with NMA. At that gig on « West 1 » I’m sure there’s a line that says Bradford shine on me, and others heard it as well. 6 months later he was dead…. They are a  Combination of the fact that they were good musicians, contrary to the preconceived idea that punks couldn’t play, plus Malcolm was the most charismatic frontman i’ve ever seen, and there is not much of him on Youtube. I like that, it increases their legend.

If for any reason you had to stop doing music, what would you do ?
I couldn’t stop doing music. It’s the thing that is the most satisfying. It’s the same for everyone, when you do something very well it’s very satisfying. The thing I probably do best is write songs and do gigs… The more I learn, the more I want to go on.

I was told you had loads of penalty points on you D license, how come is that ?
I’m thinking about something else. I love driving, cars are amazing mansions because they are places to listen to music very loud , as well as going from A to B. I usually drive 30,000 miles a year, I love that.

Thank you so much.
My pleasure.

Interview & French translation by Alexx Schroll