Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow BILL JOHNSON

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BILL JOHNSON pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 25 août 2016
 

Cold outside
(Oxborough Music – 2016)  
Durée 45’31 – 11 Titres

http://www.billjohnsonblues.com     
 
Il a commencé à jouer de la guitare à neuf ans et a fait partie de son premier groupe à quatorze, se produisant déjà régulièrement à la scène, et pour ce garçon baigné par le blues que son frère passait en boucle dans la maison familiale, il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour qu’un style se détache naturellement … Parti de son île de Vancouver pour aller s’installer à Calgary où il est plus aisé de se déplacer, Bill Johnson qui avait fondé son propre groupe en 1993 trouvera sa voie et sa personnalité en côtoyant de grands bluesmen venus du Canada et des Etats Unis et obtiendra même une nomination pour le guitariste de l’année 2006 aux Maple Blues Awards et une autre aux Juno Awards deux ans plus tard, persévérant dans la bonne direction jusqu’à nous proposer son très attendu quatrième album cette année. Accompagné de Rick Erickson à la basse, Darcy Phillips aux claviers, Ross Hall et Joby Baker à la batterie et David Vest au piano, Bill Johnson nous propose un florilège de blues parmi les plus intéressants et multiplie non seulement les couleurs mais aussi les instruments, toujours à la recherche de la tonalité qui va bien et du détail qui tire le tout vers le haut, en appelant autant au résonateur qu’à la guitare mais aussi au piano et à l’orgue pour que le moindre détail soit parfait. Quatre décennies consacrées au blues ne pouvaient qu’amener l’artiste à nous proposer quelque chose de brillant et particulièrement inspiré et c’est avec des titres comme « Nine Dollar Bill », « My Natural Ability », « Free From My Trouble », « Driftin’ And Driftin’ » ou bien entendu le tittle track, « Cold Outside », que Bill Johnson nous fait découvrir un univers où l’élégance, la classe et la délicatesse sont une marque de fabrique, quoi de plus naturel quand on sait que le bluesman a mis sa carrière entre parenthèse le temps que son épouse, à qui il dédie d’ailleurs l’ouvrage, guérisse d’un cancer. Homme de cœur et musicien de talent, Bill Johnson devrait sans grand mal combler les amateurs de belles mélodies mais aussi les fans de blues les plus exigeants avec une musique qui se laisse parfois teinter de country ou encore de folk. On aime vraiment !