Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE LOSTS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 19 mai 2016
 

… Of shades & deadlands
(Autoproduction – 2016)  
Durée 48’52 – 13 Titres

https://www.facebook.com/The-Losts-113419878722814/               
 
Issu de la scène metal du Nord de la France, The Losts montre le bout de son nez sur les planches depuis 2010 et propose une musique mélodique teintée d’une pointe de dark qui s’inspire autant de Megadeth et de Paradise Lost que de Mercyful Fate ou encore de Dio, tout un programme que les quatre complices proposent cette année sur un premier album qui fait suite à un EP prometteur sorti il y a trois ans déjà. Pour YGC aux guitares et au chant, DGC aux guitares, GGV à la basse et aux voix trash et JCR à la batterie et aux voix black, l’idée était avant tout de proposer un ouvrage en forme de concept album construit autour du thème des égarés et c’est de fort belle manière que The Losts y est parvenu en créant non seulement une histoire qui suit un fil conducteur logique mais aussi en y insufflant des cachets qui ne sont pas sans rappeler ce que faisaient avant lui des groupes comme Iron Maiden ou encore Judas Priest. On notera quelques allusions ouvertement dédiées à des égarés notoires comme les regrettés Lemmy Kilmister et Ronnie James Dio avec des titres comme « Motörcry » ou encore « Holy Faces Of Conspiracy » mais aussi de fort belles pépites sonores partagées entre death, trash et doom avec à la clef des hymnes en puissance comme « Freewings Are Burning », « Witchcraft », « Venus Kills Mars » ou encore « Never Come, Never Gone » qui font de « … Of Shades & Deadland » un album particulièrement ouvert vers un public large et varié. Ceux qui ont eu l’occasion de le croiser en live vous le confirmeront, The Losts est un groupe à l’identité personnelle et affirmée et il le prouve en sortant un premier album à la fois mûr et novateur, un de ces ouvrages dont on dira un jour qu’il y a eu un avant et un après … A essayer d’urgence donc !