Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DAVID GOGO pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 24 février 2016
 

Vicksburg call
(Productions ZEB – 2015)  
Durée 41’45 – 10 Titres

http://www.davidgogo.com    

Il fait partie des grands artistes de la scène blues canadienne mais connait aussi un certain succès de notre côté de l’océan et après avoir partagé l’affiche avec des artistes comme Johnny Winter, B.B. King, Buddy Guy et autres Albert Collins, David Gogo nous présentait en 2015 son quatorzième album, « Vicksburg Call », récemment nominé dans la catégorie album de l’année aux Juno Awards. Accompagné de Jay Stevens à la basse et au piano, Marisha Devoin à la basse acoustique, Rick Hopkins à l’orgue Hammond et Bill Hicks à la batterie mais aussi de quelques invités comme Shelley Beeston et Jona Kristinsson au chant sur un titre ou encore de Kim Simmonds (Savoy Brown) à la guitare et de Shawn Hall (The Harpoonist & The Axe Murderer) à l’harmonica, le guitariste et chanteur nous emmène dans un voyage en terre de blues dans lequel il signe quelques belles compositions personnelles mais où il se fend à l’occasion de quelques relectures telles que « The Loner » de Neil Young, « Jet Set (Sigh) » de Stephen Stills ou encore « Why » d’Annie Lennox. En dix titres, David Gogo nous propose un tour d’horizon assez détaillé de ce qu’il sait faire de mieux avec des blues teintés de rock et d’autres plus empreints de mélodie et nous séduit à chaque seconde à grand renfort de pièces pleines de relief comme « Cuts Me To The Bone », « There’s A Hole », « What’s Not To Like? » ou encore « Coulda Shoulda Woulda » qui font de ce « Vicksburg Call » un album empreint de beaucoup de chaleur et d’au moins autant de talent, un de ces ouvrages dont apprécie autant la qualité de l’écriture que celui d’une interprétation toujours très bien dosée. Là où certains se seraient laissé aller à nous proposer des démonstrations de guitare, le Canadien s’efforce pour sa part de jouer un blues à la fois humain et convivial, une musique qui interpelle autant par son contenu que par l’habillage dans lequel elle nous est proposée. Une belle œuvre signée une fois encore par un artiste qui ne nous déçoit jamais !