Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BEN RICE & LUCY HAMMOND pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 05 mai 2015
 

Destination Clarksdale
(Giddy Minion – Frank Roszak Promotions – 2015)  
Durée 20’53 – 5 Titres

http://www.benriceandlucyhammond.com

C’est par hasard que Ben Rice et Lucy Hammond se sont retrouvés à jouer ensemble en 2011, lorsque l’un et l’autre se sont accidentellement vus programmés au même endroit et au même moment et qu’ils ont décidé de partager la scène … Pour le premier, jeune chanteur et guitariste mais aussi songwriter, croiser le fer avec une solide routière de la scène américaine était autant un défi qu’une aubaine et c’est très naturellement que l’alchimie s’est faite, les poussant l’un et l’autre à avoir envie de renouveler l’expérience et petit à petit à travailler ensemble jusqu’à en arriver à se présenter à l’International Blues Challenge où ils finiront finalistes de l’édition 2015 ! Deux voix complémentaires, une guitare pleine d’inspiration, il n’en faut pas plus pour que le duo de Portland, Oregon, prenne virtuellement la route du Sud avec comme ambition affichée « Destination Clarksdale » et avec à l’arrivée une démonstration plutôt intéressante de ce que Ben Rice & Lucy Hammond savent faire, c’est-à-dire un blues racé qui part des champs de coton et qui va jusque du côté de Chicago, les parties acoustiques se mélangeant carrément bien aux morceaux plus électriques. En cinq titres, quatre de Ben Rice et un de Lucy Hammond, le tandem nous fait filer de clubs en clubs et de juke joints en festivals avec au passage des titres bien pensés et bien envoyés comme « Ida Mae », « Oh Lord », « Wants Me Back Again » et « Turn My Back On You » et enfin avec un negro spiritual délicatement saupoudré de dobro, l’excellentissime « Muddy Water » qui vous hérisse le poil jusqu’au plus court. Bien malin celui qui aurait parié un jour sur la réussite de ce duo atypique et pourtant, il est une fois encore la preuve que le croisement des influences, des genres et des générations donne à chaque fois très bonnes surprises. On espère maintenant que le hasard les amènera jusqu’en Europe …