Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow GAELLE BUSWEL à LA FLECHE D'OR (75)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

GAELLE BUSWEL à LA FLECHE D'OR (75) pdf print E-mail
Ecrit par Alain Hiot  
vendredi, 24 octobre 2014
 

GAELLE BUSWEL – ALEXANDRE BALDUZZI
LA FLECHE D’OR – PARIS (75)
Le 16 octobre 2014

http://www.flechedor.fr/
http://www.alexandrebalduzzi.com/
http://www.gaelle-buswel.fr/

Retrouvez toutes les photos d’Alain Hiot sur https://www.facebook.com/AlainHiotPhotographies

Remerciements : Toute l’équipe de la Flèche d’Or, Xavier, Chloé, Ben, pour leur accueil et leur gentillesse, Will Parnière pour le super son, un Big-Up spécial à Simon Casanova pour les magnifiques lumières qu’il nous a concoctées, et un second pour Xav’ Alberghini et l’organisation sans faille de cette superbe soirée !

C’était une première pour moi à la Flèche d’Or, l’ancienne gare de Charonne située sur la ligne de la petite ceinture fermée depuis le 1er avril 1934. Un lieu atypique pour en faire une salle de concert mais très agréable et dont l’accueil est excellent. Gaëlle et Michaal sont en plein Soundcheck lorsque j’arrive, avec les invités du soir à leurs côtés sur scène Patrick Rondat et The Roving Seats, et ce que j’en entends alors me laisse déjà entrevoir une bien belle soirée ! En attendant l’ouverture des portes l’ambiance sera extrêmement chaleureuse autour d’un casse-croûte géant, avec séance maquillage pour Gaëlle et des discussions tous azimuts entre les musiciens et les invités déjà présents.

C’est Alexandre Balduzzi qui avait la charge d’ouvrir la soirée, en duo électro-acoustique avec un violoniste talentueux et extrêmement photogénique, Nils Jho Dwild. J’avais découvert Alex il y a quelques temps, déjà avec Michaal Benjelloun, dans un excellent tribute to Lenny Kravitz  où il tenait le chant et l’une des guitares. Ce soir il présentait son nouvel EP, « Lonesome Cobaye », avec en ce qui me concerne une nette préférence pour le titre «  Daddy ». Je pense qu’une formation plus étoffée, en particulier l’apport d’une section rythmique basse-batterie, donnerait un relief plus important aux compositions d’Alex en live, un peu à l’image de ce que j’ai pu voir sur une vidéo enregistrée au Mans en 2011, et d’ailleurs la contribution de Jimmy Montout sur le dernier titre de ce soir, « Alibi Libido »,  en est un bel exemple.

C’est à présent au tour de Gaëlle d’investir la scène de la Flèche d’Or avec les mêmes musiciens que lors du concert au New Morning en juin dernier, car on ne change pas une équipe qui gagne ! C’est Jimmy Montout qui va attaquer seul à la batterie, suivi de la guitare de Michaal Benjelloun, de la basse de Thomas d’Arbigny et du clavier de Laurian Daire sur le premier titre du set, « The Joker », extrait du nouvel album « Black To Blue ».

Ces quatre là forment un sacré band derrière une frontwoman qui ne va cesser de nous embarquer avec elle tout au long de cette soirée ! Autant vous l’écrire de suite, vous ne trouverez aucune note négative sur quoi que ce soit de ce concert, Gaëlle est l’une de mes artistes françaises favorite que j’aime depuis longtemps, ses musiciens sont d’un talent d’une gentillesse et d’une générosité sur scène hors normes, le son était nickel chrome et…et… les lumières géniales !! Je râle suffisamment comme ça sur les éclairages lorsqu’ils sont mauvais pour le dire haut et fort lorsque l’éclairagiste est au top ! Merci Simon tes lights étaient sublimes !

Mais revenons au concert … Gaëlle et ses musiciens vont faire monter l’ambiance petit à petit en ce début de set, jusqu’à un « Secret Door » particulièrement enlevé sur lequel Gaëlle va dialoguer de façon appuyée avec le public. Puis ce sont trois ballades acoustiques qui vont suivre, tout d’abord « Somehow » sur laquelle on va découvrir le duo des Roving Seats, formé de Manuel Julvez et Jean-Michel Peyrot auxquels viendra se joindre l’icône du Rock Français Patrick Rondat pour « For You », puis ils laisseront la place à Gaëlle et Michaal en duo pour la très fameuse reprise totalement revisitée de « Help ».

Le titre suivant est toujours particulier pour Gaëlle puisqu’il est dédié à son cousin disparu prématurément, et l’émotion est toujours extrêmement palpable sur les premières phrases. Après une intro à l’orgue de Laurian, c’est Michaal qui, comme à son habitude, va conclure ce morceau par un de ses solos endiablés dont il a le secret ! Puis ils vont enchaîner deux titres, « Wild Girl » sur laquelle Gaëlle va faire lever les mains de l’assistance qui ne se fera pas prier pour s’exécuter, puis un inédit présenté comme figurant dans le prochain album, « Freedom Tonight », aux accents très Rock’N’Roll et qui, n’en doutons pas un seul instant, va faire un tabac sur toutes les scènes !

Nous approchons du dernier titre et d’autres invités en plus des Roving Seats et de Patrick Rondat vont rejoindre tout ce beau monde sur scène, le duo Lux composé de Sylvain Laforge, qui avait déjà fait une apparition lors du concert de la gare Saint Lazare, et de Vera Seven, et Angela Randall auteure ou co-auteure des textes de cinq titres de l’album.

Mais, bien entendu, un rappel est rigoureusement obligatoire car le public n’a aucune envie d’en rester là, et ce sont trois titres supplémentaires qui vont ainsi nous être offerts, « Nobody Knows You » que Gaëlle va débuter seule avant d’être rejointe par l’ensemble du band, puis le très entraînant « Lya » dédié à sa petit filleule. Ce morceau va être l’occasion pour Gaëlle d’haranguer le public, en lui faisant reprendre une sorte de gimmick vocal façon Woodstock, et ce de plus en plus fort ! Un autre grand moment qui a confirmé tout le charisme de cette artiste et toute sa capacité à embarquer les foules avec elle ! Puis la soirée se terminera sur un morceau du premier opus «  I Don’t Need Nobody », avant que Gaëlle ne se lance dans une longue séance de dédicace de ses albums, aux côtés de ses parents (adorables) qui tenaient le « Merch ».

Ce sont des soirées comme celle-ci qu’il fait bon vivre. Du talent à tous les étages, de la chaleur humaine avec une artiste enjouée, conviviale et d’un talent fou, des supers musiciens que l’on retrouve d’ailleurs, et ce n’est pas un hasard, dans beaucoup de formations, une salle aux anges avec d’ailleurs pas mal de « collègues »… In Volt, Blues Power Band ou Beauty & The Beast pour ne citer qu’eux, un son d’enfer, des lumières géniales, une organisation parfaite … que demander de plus ? Merci Gaëlle tout le monde s’est régalé de bout en bout et l’on y reviendra encore, cela ne fait aucun doute !!

Alain Hiot – octobre 2014