Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ROCK EN STOCK - LA RUE KETANOU pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
dimanche, 21 septembre 2014
 

LA RUE KETANOU
ROCK EN STOCK
CHAPITEAU - ETAPLES (62)
Le 26 juillet 2014

http://www.larueketanou.com/
http://www.rockenstock.org/

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur http://www.captured-live.fr/

Pourquoi un tel amour entre un groupe et son public ? A l’heure où « le métier » ne sait plus sur quel pied danser, à l’heure où bien des artistes n’existent malheureusement plus que le temps d’un plan de com’, d’une mode ou d’un album, la question prend tout son intérêt.

Tout d’abord, les chansons de LA RUE KETANOU ne s’enferment pas en studio. Essayez, elles fileront à l’anglaise à la 1ère occasion. Ces chansons portent en elles la mélancolie de la route (« Allons voir »), les questions que posent les lignes blanches qui défilent (« La distance »), un air de campagne ou les mains sales des villes. Car la Rue Ketanou a joué partout et toujours fait preuve d’une générosité sans faille, qu’il s’agisse d’un concert de rue ou d’un Zénith. Leurs chansons, comme à toues les bonnes chansons d’ailleurs, juste de la vie dans la voix et dans le jeu des quelques instruments qui leurs insufflent un supplément d’âme. Celui de La Rue Ketanou. Alors dans ce disque, pas d’invités, pas de sempiternel duo, on enregistre en live des chansons en vie.

Le résultat : quand on écoute la Rue Ketanou, on écoute pas un groupe dans un studio mais un groupe qui nous chante une chanson. Un peu à la façon d’un Brassens, ils s’invitent chez vous lorsque vous appuyez sur lecture. Ils sont là, dans votre salon, dans votre cuisine ou à l’arrière de votre voiture. Ils vous chantent leurs mots au creux de l’oreille si vous cherchez le sommeil. On a mis entre l’auditeur et l’artiste des murs d’arrangements aseptisés, des studios à l’autre bout de la planète, des kilomètres de pistes, des hectares deréverb. Ici, les aspérités des chansons les rendent plus humaines. Et si c’était ça le secret ? De l’humanité, tout simplement ? (Source : Rock En Stock)