Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DRAGONFORCE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 19 septembre 2014
 

Maximum overload
(Verycords – Warner – 2014)  
Durée 49’57 – 10 Titres

http://www.dragonforce.com
 
Formation incontournable de la scène metal british actuelle, Dragonforce est un combo londonien formé en 1999 dont les seuls membres d’origine ne sont plus aujourd’hui que les deux guitaristes, Herman Li et Sam Totman, le groupe ayant connu moult changements de line up au gré de son histoire et de ses succès, le moindre n’étant pas celui recueilli avec « Through The Fire And Flames », le titre écoulé à plus d’une million d’exemplaire aux USA qui lui aura qui plus est valu de figurer sur les jeux Guitar Hero et Rock Band ! Vadym Proujanov aux claviers, Frédéric Leclercq à la basse et les deux derniers arrivés, Marc Hudson au chant et Gee Anzalone à la batterie complètent le tableau et c’est un sixième opus, le second avec leur nouveau chanteur, que les Dragonforce nous dévoilaient cet été, un album de power metal comme le groupe sait si bien les créer avec des guitares qui mettent le turbo mais aussi avec des effets electro qui ne sont pas sans intérêt, loin de là. Produit par Jens Borgen, « Maximum Overload » se paie pour la première fois le luxe d’une vision extérieure sur le travail du groupe et ne lésine pas sur les surprises avec par exemple le featuring de Matt Heafy, le chanteur de Trivium, ou encore une reprise d’un titre de Johnny Cash, « Ring Of Fire », revue et corrigée à la sauce Dragonforce. Le reste n’apporte certes pas grand-chose de neuf au  power metal des Britanniques mais s’efforce simplement de mettre l’accent sur une musique, sur un son et sur une énergie qui ont encore de beaux arguments pour convaincre. Amateurs de déflagrations rythmiques, de montées de gammes pentatoniques à vitesse supersonique et d’envolées lyriques dans les aigus, le tout avec une grosse dose de feeling et de talent, n’hésitez pas une seule seconde, les « Tomorrow’s Kings », « Symphony Of The Night » et autres « City Of Gold » qui se bousculent sue « Maximum Overload » sont exactement ce que vous pouvez espérer entendre de mieux dans le genre à l’heure actuelle.