Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow VINC2

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

VINC2 pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 28 novembre 2013
 

By the third sea
(Autoproduction – 2013) 
Durée 49’34 – 11 Titres

http://www.vinc2.net

C’est Sigur Ros qui a été à l’origine de la vocation musicale du jeune Vincent Coudert, du moins sous sa forme actuelle, nous étions alors en 2004 et ce Parisien de naissance qui avait vécu son enfance dans les Deux-Sèvres en son adolescence en Haute Savoie tout en vouant une admiration sans commune mesure pour les contrées nordiques et les confins du système solaire en arrivera très vite à enregistrer son premier EP et son premier album sous le nom de Vinc2. Remarqué par Musea qui lui proposera de distribuer ce premier album, le claviériste persévèrera bientôt avec l’enregistrement en 2010 d’un nouvel EP, « Dreams & Hopes » et c’est trois ans plus tard qu’il nous dévoile son nouvel album, « By The Third Sea », un ouvrage conceptuel dans lequel la mer est le fil conducteur et pour lequel l’artiste s’engage dans des sonorités qui ne sont pas sans rappeler Eluvium, Hammock ou encore Max Richter. Armé de ses claviers mais aussi de guitares, Vinc2 nous présente des morceaux qui datent de quatre ans déjà mais que l’artiste a pris le temps de peaufiner, de faire évoluer au gré de son humeur et des aléas de sa vie pour en arriver à un résultat qui non seulement lui convienne mais qui aussi lui ressemble. Nous laissant seul face à une notion de troisième mer qu’il se garde bien de développer autrement que par sa musique, Vincent nous propose de voguer librement au gré de ses « Fantasia », « Ballad In Em », « Between C & Y » et autres « Loneliness Has No End » en nous prévenant qu’il a imaginé cette œuvre comme la dernière de son aventure mais en nous laissant par la même occasion espérer qu’elle ait une suite un jour ou l’autre. Sait-on jamais …