Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

WAZOO pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 22 juillet 2013
 

Les forains
(Mandolia – 2013) 
Durée 40’21 – 12 Titres

http://www.wazoo63.com

Révélé au grand public en 1999 avec « La manivelle », un titre qui lui permettra de vendre 400.000 singles et 120.000 exemplaires de son premier album, Wazoo est un combo auvergnat qui revendique son appartenance au Puy de Dôme au moins aussi fort que Marcel et son Orchestre le faisait avec le Pas de Calais, c’est dire si leur attachement régional est grand ! Un second album sorti en 2001 précèdera non pas une séparation mais plus simplement une mise en sourdine des activités de ces grands amateurs de rugby et forcément de l’ASM qui continueront quand même à donner des concerts, ils étaient encore à L’Olympia en 2010, sans pour autant proposer de nouvelles compositions. Printemps 2013, Clermont soulève le Bouclier de Brennus échoue de peu en finale de la H-Cup, l’occasion parfaite pour Kévin Quicke au chant, Jeff Chalaffre aux guitares de toutes sortes et Vincent Venries au violon de sortir enfin de leur tanière et de revenir sur le devant des bacs avec « Les forains », un troisième ouvrage dans lequel ils mélangent compositions, traditionnels réarrangés et reprises choisies. Entre mélancolie latente et côtés bien plus festifs, Wazoo nous transporte pendant une quarantaine de minutes de « La camarde » jusqu’à « La mouraillade » mais aussi du « Kinkin de la Mame » jusqu’à « Phidias » sans oublier de nous offrir des hymnes de supporters comme « Ici c’est Montferrand » ou bien entendu « La manivelle » et en revisitant au passage Brassens avec « Chanson pour l’Auvergnat » ou encore, et de fort belle manière, le générique de « Deux ans de vacances », « Vogue la vie ». Remonté à bloc et toujours aussi efficace, Wazoo se remet ainsi solidement sur les rails et laisse augurer une saison explosive du côté du Stade Marcel Michelin mais aussi des salles obscures où l’on ne manquera pas de retrouver ces joyeux lurons. On s’en réjouit d’avance !