Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HEYMOONSHAKER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 03 avril 2013
 

Shakerism
(Les Airs à Vifs – 2013) 
Durée 35’03 – 9 Titres

http://www.heymoonshaker.com
http://www.facebook.com/heymoonshaker

Ils sont Anglais mais se sont rencontré en Nouvelle Zélande et ont joué un peu partout autour de la planète avant de poser leurs valises en France après un tour du monde de trois ans … Andy Balcon à la guitare et au chant et Dave Crowe à la beatbox sont les Heymoonshakers et ils ne manquent pas de le faire savoir au travers d’une musique qui secoue l’assistance à grand renfort de dubstep et de sonorités modernes mélangées à un blues qui puise ses racines au plus profond du delta du Mississippi. Vous avez dit anachronique ? Pas tant que ça en fait, et les plus de vingt cinq millions de diffusion de leur vidéo sur Youtube confirment que la formule a de quoi séduire, le duo créant à sa manière l’événement avec une musique qui ne s’encombre pas d’artifice et qui se fait la plus naturelle possible grâce à un instrument hors du commun, la bouche de Dave Crowe, qui accompagne si bien une guitare carrément délurée et une voix puissante et éraillée comme on les aime. Du blues des origines jusqu’au rock qui s’invite tout naturellement à la table dressée par le tandem, on croise des sonorités impressionnantes de réalisme, des percussions intrigantes qui se marient avec un jeu de guitare slide des plus inspirés et qui emmènent directement l’auditeur dans une autre dimension où la beatbox est utilisé avec talent et originalité et où le rendu est un cran au-dessus de tout ce que l’on avait entendu jusqu’alors. A force de « Ten Letter Word », « Devil In Mind », « Premature Blues », « Big Bop Boom » et autres « London Part 2 », « Shakerism » installe dans la platine une sorte de transe improbable qui fait que l’on devient très vite fan des Heymoonshaker. Que l’on soit fan de blues old school ou adepte des expérimentations les plus folles, il y a forcément un moment où l’on finira par se croiser voire même par se rencontrer dans un album qui pourrait bien un jour faire office de modèle, voire même de référence en ce qui concerne les bases du nu-blues. A essayer d’urgence !