Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE AIRPLANE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 25 janvier 2013
 

One moment please
(Parallel Records – 2013) 
Durée 38’44 – 7 Titres 

http://www.facebook.com/theairplanemusic
http://soundcloud.com/theairplane-music

Un décollage réalisé dès l’année 2009 aura rapidement installé The Airplane dans une mouvance où le trip hop et le rock progressif se rejoignent presque par hasard, le tout sur fond de psychédélisme, mais pour l’équipage de l’appareil, Arthur au chant et aux guitares et Grégoire à la basse, tous deux endossant les costumes du pilote et du co-pilote, il semblait déjà évident que les choses devaient s’étoffer et par la même occasion évoluer. C’est ainsi que le groupe enregistrera en quartet un premier EP à la fin 2010, le sortant dès le printemps suivant et y dévoilant un mélange aux cachets très seventies dans lequel on croise autant Pink Floyd que Led Zeppelin … Que du bonheur puisque les professionnels acclament unanimement l’effort et que les dates s’accumulent, The Airplane s’offrant bientôt les premières parties de pointures comme Les Fatals Picards, Sinsemilia ou encore Revolver puis se retrouvant bientôt aux côtés de Skip The Use ou Alexis HK avant d’aller jouer au Prog’Sud ou le groupe croisera Gens de la Lune … Poursuivre toutes ces bonnes choses par un nouvel enregistrement devenait indispensable et c’est en persévérant dans la voie ouverte par le groupe lui-même qu’Arthur et Grégoire mais aussi Joris aux guitares et Alexandre à la batterie en sont arrivés à proposer « One Moment Please », un second EP qui prend presque des allures d’album tant il est consistant. Au programme de la petite quarantaine de minutes d’un vol marqué par quelques turbulences, The Airplane nous transporte au beau milieu d’une musique qui ne renie en rien ses racines historiques mais qui les ouvre très largement vers d’autres registres, le trip hop prenant de plus en plus de place au milieu d’un tableau où le jazz, le prog, l’electro et la world font des apparitions toujours très remarquées. Quand les ombres de Coltrane, de Kraftwerk, de Massive Attack, du Floyd, de Portishead et de Hendrix se croisent spontanément au détour d’un studio, cela donne parfois naissance à des morceaux comme « A Walk On Mars », « If The Sun Goes Down », « Running The Fastest I Can » ou « Nothing More » qui, une fois réunis, deviennent un très bel ouvrage qui nous invite à patienter encore un peu avant l’arrivée d’un véritable album. « One Moment Please » …