Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

GUN pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
mercredi, 26 décembre 2012
 

GUN

http://www.gunofficial.co.uk/ 

Après des années de silence, Gun est de retour sur le devant de la scène avec un album justement intitulé « Break The Silence ». Qu'ont-ils fait entre temps, pourquoi ce retour ? Toutes ces questions, Zicazic les a posées à Jools et Dante Gizzi lors de leur passage à Paris.

En premier lieu, pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?
Bonjour je m’appelle Dante Gizzi, je suis le chanteur. Moi c’est Jools Gizzi, guitariste lead et rythmique. Et nous sommes Gun.

Vous sortez un album, « Break The Silence », je suppose que le titre n'a pas été choisi par hasard ?
C’est très intentionnel de revenir avec un album après autant de temps, depuis 1996, la date de notre dernier album ! Il était temps de briser le silence. (rires) 

Autant le dire, depuis 2007 et la reformation du groupe, tout le monde attendait le nouvel album de Gun, pourquoi avoir mis autant de temps pour sortir cet album ?
Lorsque nous avons fini l’album de 1996, on a ensuite été dégoûtés de la scène et du monde musical, nous n’aimions plus la musique autant que nous l’avions aimée, donc nous avons décidé de faire une pause. Pour nous Gun était fini et nous avons décidé de faire autre chose, Dante a créé El Presidente. On avait envie d’essayer d’autres choses, mais en même temps on continuait à écrire des chansons. Lorsque nos idées nous ont semblées bonnes, on s’est dit que peut-être, il y avait une possibilité de revenir …

Je peux vous le dire, à mon avis, cet album est vraiment très bon, mais musicalement vous êtes plutôt rock, heavy, punk ? Car on retrouve un peu de tout ça dans votre musique …
Nous voulions vraiment faire un album varié, nous n’aimons pas écouter des albums où toutes les chansons se ressemblent, quand ça devient répétitif. Nous voulions que chaque chanson soit individuelle, de façon à ce que les auditeurs ne se lassent pas. Nous avons beaucoup d’influences diverses et variées, pas seulement le rock. Nous aimons l’intention de groupes comme Queen, on ne peut pas vraiment les classifier dans une catégorie. Je pense que c’est la même chose pour Gun : on est probablement pop-rock, comme Bon Jovi ou Def Leppard, on aime le fait de ne pas avoir d’étiquette, de ne pas être enfermés dans un type de catégorie, nous voulons juste que les gens apprécient notre musique, peu importe ce qu’ils écoutent à la base.

Il semble que vous ayez fait des compositions assez simples, je veux dire par là, qu'elles soient accessibles à une grande majorité de personnes, et pas seulement les fans ?
Il est facile de mémoriser nos chansons car elles ne reposent que sur 4 ou 5 accords : les chansons les plus connues sont faites sur ce schéma, comme les Beatles … C’est très ouvert. Paradoxalement, il est très difficile d’écrire des chansons « simples », enfin de bonnes chansons qui restent pour toujours.

Tout au long de l'album, les guitares envoient du très lourd. Vous aviez besoin de vous lâcher ?
C’est les chansons, pleines d’énergie, qui façonnent le son. Cela a aussi énormément à voir avec notre producteur, Dave Eringa, qui a également collaboré avec Ocean Colour Scene par exemple, et qui a apporté beaucoup d’idées brillantes en studio d’après lesquelles on a pu travailler, il voulait toujours un son plus gros. Nous avions faim de gros son à notre entrée en studio, il y a ça aussi.

Tous les titres semblent avoir été pensés pour la scène ?
Lorsque Dante et moi avons l’idée d’une chanson, nous la jouons d’abord sur scène, et si elle fonctionne nous l’incluons sur l’album. En général c’est comme ça qu’on sait si ça va marcher ou non.

On retrouve diverses influences musicales, qu'est ce qui vous inspire, ou quels groupes ou styles vous inspirent particulièrement ?
Il y en a beaucoup : bien sûr, les classiques, AC/DC, Led Zep … Mais aussi Roxy Music, David Bowie, on adore les français de Phoenix … Les Killers, Queens Of The Stone Age, Foo Fighters … Il y en a trop, on aime écouter énormément de choses très différentes les unes des autres. 

Pour le chant Dante, tu es au top, c'est quoi, beaucoup de boulot ? Ou le temps et la maturité ? Ou les deux peut-être ?
(Rires) En fait lorsque je vais en studio ou que je monte sur scène, j’ai tellement hâte de chanter, mais il faut aussi que je fasse attention si on joue neuf ou dix soirs de suite. Je ne sais pas, je pense que tout vient très naturellement, une sorte d’expérience s’est formée au fil des années. En tous cas merci beaucoup du compliment !

Si on vous dit que ce nouvel album est du même calibre que « Swagger » ou « Gallus », ça vous fait quoi ?
Oui, il est assez proche de « Swagger », plus que de « Gallus » à mon avis. Le point commun de tous nos album est que les chansons sont assez diverses comme nous l’évoquions auparavant.

Remonter sur scène après toutes ces années, c'est pas trop difficile ?
Nous adorons jouer sur scène, nous pensons avoir enregistré un très bon album et nous en sommes très contents, mais nous sommes encore plus contents de remonter sur scène pour le défendre, c’est vraiment l’endroit où nous nous sentons le mieux et nous avons hâte d’y retourner !

Sur scène vous jouez seulement les morceaux de votre dernier album ou y a t il des classiques que vous devez jouer obligatoirement ?
Oui il y aura des classiques, des covers et des chansons du dernier album. Les derniers morceaux vont être très intéressants à jouer, ils pourront prendre vie, mais nous n’oublions pas les fans les plus anciens et jouerons évidemment des classiques. C’est très important aussi de conserver cela. Nous les jouons toujours volontiers, contrairement à certains groupes qui refusent de jouer leurs anciennes chansons, il faut aussi respecter le public et jouer ce qu’ils ont envie d’entendre.

« Break the Silence » est l'album de la renaissance ?
Oui, on peut dire ça ! La presse a dit de nous que ce n’était pas un album de Gun, mais bien un nouveau groupe, et ça nous convient très bien. Nous gardons nos anciens fans et en gagnons de nouveaux. C’est l’idéal (rires)

Vous avez de nouveaux projets ?
Oui, nous pensons aux prochains albums, nous somme motivés pour continuer. Il serait dommage de s’arrêter là, nous ne voulons plus attendre quinze ans pour en ressortir un (rires)

Que peut-on vous souhaiter ?
Continuer à écrire de la musique, de bonnes chansons, et surtout les apprécier. Si nous y arrivons, nous sommes les plus heureux du monde !!

Merci beaucoup pour cet entretien.
Merci à toi.

Propos recueillis par Yann Charles – Traduction Alexx Schroll